jeudi , 12 décembre 2019

...:
Le mur de Berlin et la guerre des médias

Les Occidentaux et notamment les USA, doivent se frotter les mains. Ils n’ont jamais eu en face d’eux un gros média qui dénonce les hypocrisies d’un capitalisme sans foi ni loi. Depuis la chute du mur de Berlin, il y a de cela 30 ans, ils se pavanent dans toute la planète et distillent leur venin «démocratique» sans que personne ne vienne leur demander des comptes. Toutes les guerres que l’humanité a connues dans la dernière décade du 20e siècle et les 19 années du 21e, ont été couvertes et «justifiées» par leurs médias. Les Occidentaux sont heureux parce qu’à tous les sondages d’audience, ce sont leurs chaînes qui continuent à caracoler en tête, notamment dans leurs sociétés et même ailleurs. Le temps où quelques chaînes «locales» contrebalançaient l’influence des network occidentaux dans les «pays-cibles» est révolue, surtout dans la région arabe. Les animateurs «tiers-mondistes», peuvent crier à tue-tête, il n’y aura pas grand monde pour applaudir.
Quelle est la situation présente dans le paysage audiovisuel arabe ? La question mérite d’être posée. Le média lourd, le «plus lourd» du monde arabe n’est pas totalement arabe soit dit en passant. Enfin, il est arabe par la langue, par la nationalité de ses animateurs et journalistes. En fait, il est même un peu trop panarabe. On en trouve de tout dans les chaînes du Machrek, à l’image d’El Djazira et ces petites sœurs. Et c’est ce trait genre «Ligue arabe» de la télévision qui a fait le succès de ces chaînes. Tout le monde s’y voyait un peu. Et puis, il y a eu la ligne éditoriale qui a donné des ailes aux téléspectateurs de tout le croissant fertile qui, envoyant les guerres occidentales contre les musulmans en direct, avaient cru un petit instant à la victoire. C’était la magie de la télé.
Mais ça, c’était il y a longtemps. Depuis la chute de Bagdad et les images humiliantes diffusées par les médias du monde, ces chaînes «combattantes», ont pris le parti de l’Occident. Elles ont effectué un virage à 90% et se sont mises à servir les intérêts du camp occidentalo-sioniste en saupoudrant leur nouvelle orientation éditoriale de quelques formules «magiques». Mais le produit était déjà périmé et les téléspectateurs ont fini par «lâcher l’affaire.»
Résultats des courses, dans la féroce guerre médiatique que mène l’Occident au reste du monde, la stratégie consiste à faire perdre leurs téléspectateurs traditionnels aux médias extra-occidentaux. Les Américains et leurs alliés sont heureux, puisque après avoir morcelé politiquement la Nation arabe, ils ont réussi le même exploit au niveau médiatique. Certaines monarchies arabes leur ont donné un sérieux coup de main sur les deux tableaux.

Par Nabil.G