lundi , 17 décembre 2018
<span style='text-decoration: underline;'>Violences sur ascendant ayant entrainé la mort </span>:<br><span style='color:red;'>Le petit-fils mis en cause dans la mort de sa grand-mère, acquitté en appel</span>

Violences sur ascendant ayant entrainé la mort :
Le petit-fils mis en cause dans la mort de sa grand-mère, acquitté en appel

Accusé de violences sur ascendant ayant entrainé la mort, le mis en case O.R, a été acquitté par le tribunal criminel après appel.

Les faits remontent au 22 août 2016 quand O.R, âgé de 30 ans, qui n’est autre que le petit-fils de la victime, regagne le domicile familial se trouvant au quartier de l’Hippodrome où il réside avec ses grands-parents paternels, ainsi que son oncle, son épouse et leurs enfants.  Même si la famille ne paraissait couler des jours calmes, l’oncle reprochait au neveu sa grande consommation d’alcool. Certes, son oncle l’avait élevé depuis la mort de son père alors qu’il n’était qu’enfant et que sa mère a refait sa vie en France.
Le jour des faits, une énième dispute l’opposera à son oncle, ils sont à l’étage supérieur où habite son oncle, leurs cris inquiètent la vieille femme qui les verra s’empoignant, ils étaient arrivés aux mains. Voulant les séparer, la vieille femme montera à l’étage où ils se trouvaient. Mais voilà elle est bousculée, tombe en arrière et pousse des cris de douleurs. Elle est immédiatement transférée au CHU d’Oran où les médecins diagnostiquent une fracture du col du fémur.
On décide de l’opérer mais la vieille dame ne survivra pas à l’intervention chirurgicale. Le mis en cause O.R, sera inculpé de coups et blessures ayant entraîné la mort d’un ascendant sans intention de la donner.
A la barre du tribunal criminel, le mis en cause Rabah, niera être responsable du décès de sa grand-mère. Elle qui m’a élevé depuis la mort de mon père. Quant à la dispute avec mon oncle, c’est lui qui m’a violenté et a voulu me frapper. En nous voyant ma grand-mère s’était interposée entre nous et c’est lui qui l’a bousculée, pas moi. Je n’avais même pas réalisé qu’elle était montée.
Le représentant du ministère public requit la peine de dix ans de réclusion qu’aucune preuve tangible n’a été arrêtée contre lui et rien ne prouve qu’il a poussé sa grand-mère et a provoqué sa mort.
F.Abdelkrim