mardi , 2 juin 2020
<span style='text-decoration: underline;'>Le ministre de la Santé réitère l’importance d’éviter la propagation du coronavirus </span>:<br><span style='color:red;'>«Le port des masques est primordial»</span>

Le ministre de la Santé réitère l’importance d’éviter la propagation du coronavirus :
«Le port des masques est primordial»

Le ministre de la Santé s’est voulu autant pédagogue et reconnaît que «l’obligation du port des bavettes est une décision qui revient au gouvernement», car la mission du Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du coronavirus était de «faire des propositions» aux pouvoirs publics.

A la veille de l’Aîd El Fitr, caractérisé, cette année, par des mesures de confinement drastiques, le ministre de la Santé, s’est voulu rassurant. Il affirmé, hier, dans une émission de la chaîne 2 de la radio nationale que l’Algérie est dans une «situation de stabilité». Cela étant, M.Benbouzid ne s’est pas voulu triomphant et a souligné avec force toute l’importance du port des bavettes. Pour celui-ci, ce geste est «primordial» pour éviter la contamination aérienne. «Ce qui importe le plus, c’est que le nombre de décès dus au Covid-19 est en baisse. Nous ne sommes plus à 30 décès en 24 heures comme avant. Donc, je peux dire que nous sommes dans une situation de stabilité», a-t-il soutenu. Réaliste et surtout pragmatique, le ministre a tenu à préciser que «le nombre de contaminés communiqué chaque jour représente uniquement les personnes testées à travers les 26 sites mobilisés à cet égard, donc ce nombre ne traduit pas la réalité dans la rue». Ce qui revient qu’il existe des cas positif qui ne sont pas encore connus. Mais ne se départant pas de son optimisme, il retient que «les cas graves sont réduits aussi grâce au recours au traitement à la chloroquine».
A propos des masques, qui se trouvent être un moyen très efficace pour éviter les contaminations, le ministre de la Santé a lourdement défendu le principe d’en généraliser le port. Cependant, il reconnaît que «l’obligation du port des bavettes est une décision qui revient au gouvernement», car la mission du Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du coronavirus était de «faire des propositions» aux pouvoirs publics.
Cela n’empêche pas, dira-t-il, que les citoyens s’équipent de masques lorsqu’ils sont sur l’espace publique. Aussi, M.Benbouzid est partisan d’un port citoyen du masque sans avoir à attendre un ordre du gouvernement. Il estime qu’il est tout à fait possible d’en fabriquer à domicile, tout en leur assurant leur disponibilité dans les officines. «Le port des bavettes est une mesure barrière contre la propagation du Covid-19», a-t-il encore une fois souligné.
Le ministre a également révélé que le Comité compétent a proposé un confinement total pour les deux jours de l’Aïd el-Fitr «par crainte d’une flambée des cas suite aux échanges de visites familiales et autres regroupements de circonstance».
Pour la prime exceptionnelle pour les travailleurs de la santé décidée par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, le ministre a fait savoir que cette prime concernait le personnel médical, paramédical et administratif, puis a été élargie à d’autres spécialités dont les sages-femmes et les psychologues, à condition que ces personnes «soient véritablement mis dans les mêmes conditions de travail et dans le milieu de risque».
En réponse à une question sur la reprise des activités des hôpitaux, M. Benbouzid dira : «la situation est maitrisable donc les activités doivent reprendre graduellement de la manière la plus normale tout en gardant la même vigilance vis-à-vis de cette maladie».
Nadera Belkacemi