samedi , 4 avril 2020
<span style='text-decoration: underline;'>Le Conseil des ministres adopte le Plan d’action du gouvernement </span>:<br><span style='color:red;'>Le Président Bouteflika instruit le gouvernement à «travailler avec diligence et détermination»</span>
© APS

Le Conseil des ministres adopte le Plan d’action du gouvernement :
Le Président Bouteflika instruit le gouvernement à «travailler avec diligence et détermination»

Le Conseil des ministres, réuni ce mercredi sous la présidence du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a examiné et adopté le Plan d’action du gouvernement, ainsi que plusieurs lois organiques et décrets présidentiels. 

Outre la préservation de la sécurité et l’unité du pays, le Plan d’action s’articule aussi autour de la consolidation de la démocratie pluraliste et de l’Etat de droit ainsi que des axes socio-économiques prioritaires.
Intervenant à l’issue de l’adoption, le Président Bouteflika a instruit le gouvernement à «travailler avec diligence et détermination» en vue de «répondre aux attentes de la population, à faire progresser le processus de réformes et de modernisation du pays dans tous les domaines, et à faire avancer la construction d’une économie de plus en plus diversifiée», indique un communiqué rendu public à l’issue de la réunion du Conseil des ministres. Le chef de l’Etat a également chargé le gouvernement d’ «accompagner ses efforts d’une communication dynamique tendant à expliquer le sens véritable des réformes à venir afin d’y faire adhérer la société». Le Conseil des ministres a, par ailleurs, examiné et adopté un projet de loi portant amendement de la loi sur la monnaie et le crédit pour introduire le financement non conventionnel au profit du Trésor public. Ce mode de financement «exceptionnel» sera accompagné de la mise en œuvre d’un programme de réformes structurelles économiques et financières destinées à «rétablir l’équilibre des finances publiques ainsi que l’équilibre de la balance des paiements».
Le Président Bouteflika a indiqué, à ce propos, que «c’est parce que l’Algérie dispose encore d’une indépendance économique extérieure grâce au remboursement anticipé de sa dette et à l’accumulation de réserves de change, qu’elle peut recourir aujourd’hui souverainement au financement interne non conventionnel». La réunion du Conseil des ministres a été également marquée par l’examen et l’adoption d’un projet de loi organique modifiant la loi organique relative à l’organisation et au fonctionnement du Conseil de l’Etat ainsi que d’un projet de loi portant amendement du code de l’organisation pénitentiaire et de la réinsertion sociale des détenus.
Par ailleurs, le Conseil a examiné et adopté huit décrets présidentiels portant approbation de contrats ou d’avenants à des contrats pour la recherche et l’exploitation des hydrocarbures. En outre, une communication du ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, relative à cinq contrats en gré à gré simple portant réalisation de 22.900 logements de type location-vente qui seront réalisés à Alger, Bejaïa, Guelma et Oran, a été entendue et approuvée à cette occasion. Enfin, le Conseil des ministres a entendu et approuvé une communication du ministre des Travaux publics et des Transports portant réévaluation de l’opération relative à la réalisation du viaduc Trans Rhumel, assurant la liaison entre le centre-ville de Constantine et l’autoroute Est-Ouest.
Avant l’entame des travaux de la réunion du Conseil des ministres, il a été procédé à la prise de la traditionnelle photo de famille du président de la République avec l’ensemble des membres du gouvernement de M. Ouyahia.

Amendement du Code de l’organisation pénitentiaire et de la réinsertion pour introduire le bracelet électronique

Le Conseil des ministres, réuni mercredi sous la présidence du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a adopté un projet de loi portant amendement du Code de l’organisation pénitentiaire et de la réinsertion sociale des détenus afin d’introduire le mécanisme de surveillance par le bracelet électronique. Cette révision de la loi introduit le placement des condamnés à des peines privatives de liberté sous surveillance électronique, indique un communiqué du Conseil des ministres. Le bénéfice de ce nouveau régime passe par une demande du détenu concerné qui sera étudiée par le juge.
En cas d’accord, le condamné est alors soumis au port d’un bracelet électronique pour garantir sa présence au lieu qui lui a été assigné, ajoute la même source. Ce procédé peut être révoqué par le juge en cas de non respect par le détenu de ses obligations ou lorsque le placement sous surveillance électronique pourrait porter atteinte à la sécurité et à l’ordre public.
Le ministre de la Justice, Garde des sceaux, Tayeb Louh avait déjà expliqué que «le détenu condamné définitivement à une peine de trois (3) ans ou moins ou encore le détenu à qui il reste une peine de moins de trois ans -sur décision du juge de l’application des peines- peuvent purger leurs peines en dehors de l’établissement pénitentiaire et seront surveillés par le biais du bracelet électronique». Il s’agit d’un «nouveau mécanisme qui s’adapte à la nouvelle vision de la réforme du système pénitentiaire», avait indiqué le ministre, précisant que le secteur a réalisé en matière de reformes «des résultats satisfaisants. Avec l’entrée en vigueur de ce procédé, l’Algérie sera le premier pays arabe à introduire le bracelet électronique et le deuxième pays africain après l’Afrique du Sud.

Des contrats de réalisation de près de 23 000 logements AADL approuvés

Des contrats en gré à gré simple portant réalisation de 22.900 logements de type location-vente (AADL) ont été approuvés par le Conseil des ministre présidé mercredi à Alger par le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika.
Au nombre de cinq (5), ces contrats couvrent la réalisation de logements dans quatre (4) wilayas, à savoir Alger, Bejaïa, Guelma et Oran. Le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, M. Abdelwahid Temmar, avait affirmé dernièrement que la relance de ces chantiers figurait au titre des priorités du plan d’action du secteur, ajoutant que 50% des programmes de réalisation de logements étaient prêts et attendent que soient réglés les problèmes ayant trait au foncier. M. Temmar avait indiqué que son département envisageait de lancer la réalisation de 330.000 logements programmés dont les travaux de réalisation n’ont pas encore été entamés, et ce, au titre du programme de réalisation de 1.600.000 logements dont 120.000 logements de type location-vente (AADL).
Pour la capitale, le ministre avait affirmé que la réalisation de 55.000 logements était, à ce titre, prévue, toutes formules confondues. Le ministère de l’Habitat avait annoncé en début d’année que la wilaya de Bejaïa a bénéficié d’un financement additionnel, faisant augmenter le nombre des logements prévus dans le budget au programme de 2013 de 6.000 unités AADL supplémentaires. S’agissant de la wilaya Guelma, le ministère de l’habitat avait relevé que la totalité du programme de 8.000 logements AADL retenu pour la wilaya de Guelma a été officiellement mise en chantier.
Pour ce qui est de la wilaya d’Oran, le wali avait évoqué dernièrement la concrétisation dÆun important programme de location-vente (AADL) de 10.000 logements.
Toujours à Oran, le directeur du logement de la wilaya, M. Bahar Mohamed, avait révélé lundi à l’APS que 63.762 logements y sont en cours de réalisation, annonçant le lancement prochain de 4.095 logements dont 3.000 de type AADL. Selon le bilan des réalisations du secteur de l’Habitat présenté le 18 juillet dernier, 129.862 logements ont été livrés au cours du premier semestre de 2017, dont 18.664 logements de type location-vente, à travers le territoire national