vendredi , 19 octobre 2018
<span style='text-decoration: underline;'>Inaugurant la Zaouïa Belkaidia et inspectant la Grande Mosquée d’Alger </span>:<br><span style='color:red;'>Le Président Bouteflika loue le «vivre-ensemble»</span>
© APS

Inaugurant la Zaouïa Belkaidia et inspectant la Grande Mosquée d’Alger :
Le Président Bouteflika loue le «vivre-ensemble»

Ces réalisations relèvent plus que du symbole, elles expriment l’attachement de l’Algérie et des Algériens à leur religion, éprise de paix de du vivre-ensemble en paix. C’est justement cette dimension essentielle de la profondeur cultuelle de la personnalité algérienne que le chef de l’Etat a mis en avant, dans sa visite algéroise.

Pour sa seconde sortie dans la capitale en l’espace d’un mois, le président de la République a procédé hier, à l’inauguration du siège de la Zaouia Belkaïdia, ainsi qu’à l’inspection du projet de la Grande mosquée d’Alger. Ces deux importants sites religieux traduisent l’intérêt particulier qu’accorde le chef de l’Etat au référent religieux national. Tant pour la Zaouia que pour la Grande mosquée, l’objectif est le même. Il consiste à promouvoir l’islam authentique des Algériens.
 Il faut savoir, à ce propos, que la Zaouïa Belkaidia est un lieu de culte érigé sur une superficie globale de 5 hectares, est une école coranique dans la tradition séculaire de la région. L’établissement a une capacité d’accueil de 300 places, en sus d’une bibliothèque de 1.200 m2. Le souci d’une éducation religieuse saine est associée, dans cette Zaouia, à un programme de formation professionnelle, qu’un centre édifié dans le même projet, prodigue un enseignement pratique aux étudiants, leur ouvrant la possibilité d’obtenir, outre leurs titres en éducation islamique, des diplômes pour pouvoir exercer plus tard d’autres métiers en cas de choix d’une autre formation autre qu’imam. Cette «spécificité» relève de la stratégie et s’accorde très bien avec la mission originelle de l’islam des aïeux.
En plus de cette double mission, la Zaouia assurera les «Dourous El-Mohammadia», organisés chaque Ramadhan en collaboration avec la wilaya d’Oran, au siège national de la Zaouïa de la Tarika Belkaidia de Sidi Maârouf, se tiendront cette année à la Zaouïa de Tixeraïne.
Le chef de l’Etat s’est rendu également à la Grande Mosquée d’Alger où il a inspecté l’état d’avancement du méga-chantier. Réalisée sur une superficie de 27 hectares, la Grande mosquée d’Alger compte une salle de prière d’une superficie de 20.000 M2, un minaret long de 267 M, une bibliothèque, un centre culturel, une maison du Coran, ainsi que des jardins, un parking, des blocs administratifs et des postes de protection civile et de sûreté et des espaces de restauration.
Outre la salle de prière d’une capacité d’accueil de 120.000 fidèles, cette mosquée comptera un musée d’arts et d’histoire islamiques ainsi qu’un centre d’études sur l’histoire de l’Algérie. Ces réalisations relèvent plus que du symbole, elles expriment l’attachement de l’Algérie et des Algériens à leur religion, éprise de paix de du vivre-ensemble en paix. C’est justement cette dimension essentielle de la profondeur cultuelle de la personnalité algérienne que le chef de l’Etat a mis en avant, dans sa visite algéroise.
Il faut savoir à ce propos, que le président de la République a adressé un message aux Algériens, à l’occasion de la Journée internationale sur le «vivre ensemble en paix» que l’Onu célébrera aujourd’hui, sur proposition de l’Algérie.
«La proclamation de cette journée traduit la reconnaissance, par la communauté internationale, des efforts consentis patiemment et avec succès par notre pays en faveur de la promotion de la culture de la paix, du dialogue, du respect mutuel et de la tolérance entre ses propres citoyens», a indiqué le président Bouteflika dans son message.
En second lieu, cette initiative, a poursuivi le Président de la République, «est portée par des valeurs morales, culturelles, sociales et humaines auxquelles notre peuple modéré, est foncièrement attaché, et exprime tout autant le fort engagement de notre peuple pour que ces valeurs universelles prennent la place qui doit être la leur dans les relations entre les Nations et les peuples du monde entier».
En troisième lieu, a-t-il ajouté, cette proclamation traduit «l’engagement de l’Algérie et de la communauté internationale à œuvrer davantage à la promotion de la culture de la paix et du dialogue tant au sein des sociétés qu’entre les Nations, ceci, à un moment où les lignes de rupture et les facteurs de division se multiplient».
L’Algérie, explicite encore le chef de l’Etat, a «constamment prôné la promotion du dialogue de l’entente et de la coopération entre les religions et les cultures, puisant pour cela ses références dans les enseignements de notre sainte religion l’Islam», religion qui «prône la paix et la coexistence ainsi que le montrent des siècles d’histoire de l’humanité à travers les Continents».
Le président Bouteflika a également affirmé que «l’action de l’Algérie en direction de son voisinage immédiat et de l’ensemble de ses partenaires, a toujours été guidée par les principes de paix, de coexistence, de coopération et de bon voisinage».
Alger: Smaïl Daoudi