lundi , 17 décembre 2018
<span style='text-decoration: underline;'>Prise d’empreinte et photos pour le visa de la Omra et du Hadj  </span>:<br><span style='color:red;'>Le procédé pas encore utilisé par l’Algérie</span>
© Illustration

Prise d’empreinte et photos pour le visa de la Omra et du Hadj :
Le procédé pas encore utilisé par l’Algérie

L’Algérie enregistre un retard dans la mise en place et l’usage de système biométrique de prise d’empreinte et de la photo pour le visa du Hadj et de la Omra.

Intervenant hier au forum du quotidien El Moudjahid, le président de l’Organisation Nationale de Jeunesse et du Tourisme, Samir Belghoula, a affirmé que le système d’empreinte génétique et de la photo d’identité biométrique sur le visa du Hadj et de la Omra, n’est toujours pas appliqué pour les Algériens alors qu’il est en vigueur dans tous les pays musulmans a-t-il déploré. L’intervenant a affirmé, sur ce point, que les autorités n’ont pas reçu d’instruction au jour d’aujourd’hui afin d’imposer ce système biométrique aux Hadjis pour la saison du Hadj de cette année. L’Algérie est toujours à la traine et ce système n’est pas à l’ordre du jour.
«L’Algérie ne peut pas adopter ce système pour le moment, vu qu’elle ne dispose que de 6 centres pour la prise d’empreintes, et cela ne peut pas couvrir les 36.000 Hadjis» a-t-il indiqué.
Dans ce sillage, M. Belghoula a indiqué que le Royaume d’Arabie Saoudite recourt au système d’empreinte digitale et de la photo biométrique sur les visas du Hadj et de la Omra pour les citoyens de plusieurs pays arabes et islamiques et œuvre à sa généralisation et son élargissement à tous les autres Etats». Sur un autre volet, l’invité du forum d’El Moudjahid, a listé de nombreuses lacunes dans l’organisation et le déroulement du voyage des Hadjis.
«Il y a un manque d’organisation et de transparence, plusieurs agences qui ont failli à leurs engagements et n’ont pas été sanctionnées ou du moins suspendues par la tutelle» a-t-il indiqué.
Le responsable a affirmé que chaque année, l’organisation du pèlerinage aux Lieux Saints est «entachée par des manœuvres malhonnêtes». Afin d’appuyer ses dires, M. Belghoula a indiqué qu’il y a des bureaux d’affaires qui commercialisent le produit Omra en sous-traitant avec les agences agréées.
 «Afin de pouvoir proposer le package Omra, il faut avoir l’agrément I’ATA (Bureau international du transport aérien), qui est une garantie de la crédibilité de l’agence de voyages et une fois sur place, les gens se rendent compte de l’arnaque» a-t-il indiqué.
Dans un autre sillage, M. Belghoula a affirmé que le coût du pèlerinage, estimé actuellement à près de 60 millions de centimes, augmentera suite à la taxe imposée par l’Arabie Saoudite aux pays arabes et musulmans». Celle-ci, est toujours en vigueur et les personnes qui accomplissent le pèlerinage pour la première fois, seront exemptées de la taxe.
Il convient de rappeler enfin, que le directeur général de l’Office national du Hadj et de la Omra (ONPO), Youcef Azzouza, avait déclaré, en mois de mai dernier, que l’agrément d’organisation de la Omra a été retiré à 14 agences de voyages sur les 224 agences agréées, pour «les dépassements» enregistrés dans l’organisation des voyages de la Omra et le non-respect des clauses du cahier des charges.
Alger: Samir Hamiche