samedi , 4 avril 2020
<span style='text-decoration: underline;'>Tribunal de Sidi M’Hamed</span>:<br><span style='color:red;'>Le procès de Abdelghani Hamel reporté au 11 mars prochain</span>

Tribunal de Sidi M’Hamed:
Le procès de Abdelghani Hamel reporté au 11 mars prochain

Le procès de l’ancien Directeur général de la sûreté nationale (DGSN), Abdelghani Hamel, ainsi que des membres de sa famille, est reporté au 11 mars prochain.

Cette décision a été prise par le Tribunal de Sidi M’Hamed à Alger, quelques instants après le début du procès, et ce, suite à la demande introduite par la partie de la défense de l’ex-DGSN, réclamant son report. La demande de consulter les documents du dossier de l’affaire, est le motif introduit par la partie de la défense afin de motiver la requête de report du procès.
Par ailleurs, la défense a également sollicité la programmation du procès en audience spéciale. Signalons, par ailleurs, que dès les premières heures de la matinée d’hier, les accusés sont arrivés au Tribunal de Sidi M’Hamed d’Alger pour que le procès soit reporté quelques minutes plus tard.
Il est à rappeler, que l’ancien DGSN Abdelghani Hamel, deux de ses frères, se trouvent actuellement en détention à la prison d’El Harrach tandis que son épouse et sa fille ont été placées sous contrôle judiciaire. Dans ce dossier, plusieurs personnes sont poursuivies pénalement, il s’agit de l’ancien DGSN, Abdelghani Hamel et cinq (5) membres de sa famille (l’épouse et quatre enfants), dix (10) fonctionnaires. Par ailleurs, treize personnes morales, ont été également mises en accusation; il s’agit de sociétés commerciales appartenant aux enfants du principal mis en cause Abdelghani Hamel.
Il est à rappeler, qu’en mois d’avril de l’année passée, le juge d’instruction a ordonné le placement en détention provisoire de Abdelghani Hamel, ses trois fils et sa fille, en plus de 2 fonctionnaires. Il s’agit de l’ancien Directeur général (DG) de l’Office de promotion et de gestion de l’immobilier (OPGI) d’Hussein Dey répondant aux initiales (R.M) et l’ancien Directeur des Domaines de la wilaya de Tipasa répondant aux initiales (B.A). Ensuite, le juge d’instruction a placé sous contrôle judiciaire sept (07) accusés, il s’agit de l’épouse du principal accusé, Abdelghani Hamel et six (6) fonctionnaires, et remis un promoteur immobilier en liberté.
Concernant les personnes restantes et compte tenu de leurs fonctions à la date des faits, il a été décidé de transmettre le volet de leur dossier au Procureur général près la cour d’Alger pour prendre les mesures nécessaires à leur encontre. Il s’agit de cinq anciens walis: Abdelghani Zaalane, Abdelmalek Boudiaf, Abdelkader Zoukh, Moussa Ghelai et Zoubir Bensabbane», a conclu le communiqué. Pour ce qui est des chefs d’inculpation, l’ancien directeur de la Sûreté nationale et ses deux fils sont poursuivis pour des affaires liées au détournement de foncier et d’enrichissement illicite. Quatre autres anciens walis sont poursuivis dans ces mêmes affaires pour notamment octroi de foncier et avantages de façon illégale à Hamel et à sa famille. Plusieurs promoteurs immobiliers sont impliqués également dans ces affaires en attendant l’enquête qui est en cours.
Il est à rappeler enfin, qu’en mois de mai de l’année 2019, Abdelghani Hamel avait comparu devant le procureur de la République près le Tribunal de Sidi M’Hamed à Alger, pour être auditionné dans le cadre de l’affaire de tentative d’introduction de 701 kg de cocaïne au port d’Oran.
Fin avril de la même année, Hamel avait été également auditionné par le juge d’instruction près le tribunal de Tipasa dans le cadre des enquêtes ouvertes sur des affaires relatives à des «activités illégales» et «trafic d’influence».
Samir Hamiche