jeudi , 12 décembre 2019
<span style='text-decoration: underline;'>Election présidentielle</span>:<br><span style='color:red;'>Le temps des derniers préparatifs et de la consolidation des alliances</span>

Election présidentielle:
Le temps des derniers préparatifs et de la consolidation des alliances

A quelques jours de l’ouverture officielle de la campagne électorale, l’heure est surtout aux derniers préparatifs et à la consolidation des alliances sur le terrain. Chaque équipe de campagne affine sa stratégie et tente de se frayer un chemin, le plus tranquille et percutant possible, jusqu’au 12 décembre prochain.

A la veille de l’entame officielle de la campagne électorale, prévue dimanche prochain, l’Anie présentera ce samedi la charte d’éthique que devront signer l’ensemble des intervenants dans la présidentielle. C’est dire que le processus est en passe d’arriver à sa vitesse de croisière. Mais avant cela, c’est demain jeudi que les représentants des cinq candidats connaîtront la répartition des plages horaires dans les médias audiovisuels publics. Contrairement aux élections législatives et locales où ce volet de la campagne est fastidieux, il constitue pour une élection présidentielle une véritable aubaine pour les candidats. Il est, en effet, entendu, que ce genre de passage peut parfaitement faire gagner de précieux points pour les candidats qui parviennent à maîtriser leurs images, ainsi que leur discours.
Ces passages télés sont d’ailleurs d’autant plus intéressants qu’ils auront une plus longue «vie» dans l’Internet où il sera loisible d’en multiplier indéfiniment la diffusion. Les candidats, qui ont certainement déjà préparé leurs spots télévisés avec des conseillers médiatiques, comptent énormément sur les médias lourds pour entrer dans les foyers pour convaincre un maximum d’électeurs. Mais sachant la durée de vie de ces spots, considérablement augmentés grâce aux réseaux sociaux, ils feront très attention à ne pas sortir des clous et rester très concentrés sur leurs sujets.
Leurs sujets, c’est les programmes qu’ils défendront tout le long des trois semaines que durera la campagne électorale. Celle-ci ne ressemblant à aucune autre, en raison du climat politique particulier où elle se déroule, elle promet certainement pas mal de surprises aux candidats, comme aux membres de l’Anie, dont la mission première est de veiller à ce qu’il n’y ait pas de dépassement. Cette mission, encadrée par la Charte d’éthique, n’en sera pas moins difficile, compte tenu de la défiance dont fait face le processus électoral de la part d’une partie de la société. Il reste que pour chaque candidat, l’important est de faire passer son message aux Algériens.
Cela se traduira par des discours qui se voudront clairs et concis. En attendant, les milieux proches de la sphère politique connaissent déjà les contenus de ces programmes. Même si l’on aura deviné que la transmission via la presse n’a pas été parfaite, il reste que les candidats ne comptent pas sur les médias classiques pour faire parvenir leurs propositions aux citoyens électeurs. Ils le feront par tous les moyens dont ils disposent et, à ce titre, chaque candidat fera montre, espérons-le, de marques de génie pour se faire entendre des Algériens. Cela dit, comme début, on ne peut pas dire qu’ils ont brillé en termes de slogans. Tous les cinq ont rendu publics leurs slogans et aucun ne semble capter l’intérêt des Algériens. Cette étape étant quelque peu ratée, il leur reste beaucoup d’autres rendez-vous politico-médiatiques pour briller.
A quelques jours de l’ouverture officielle de la campagne électorale, l’heure est surtout aux derniers préparatifs et à la consolidation des alliances sur le terrain. Chaque équipe de campagne affine sa stratégie et tente de se frayer un chemin, le plus tranquille et percutant possible, jusqu’au 12 décembre prochain. Les cinq candidats sont dans les Startings blocks et attendent le coup d’envoi d’une course de fond, dont un seul sortira vainqueur.
Yahia Bourit