dimanche , 17 novembre 2019
<span style='text-decoration: underline;'>Plusieurs wilayas paralysées suite à l’arrestation de Tahkout</span>:<br><span style='color:red;'>Le transport urbain, suburbain et universitaire paralysés</span>

Plusieurs wilayas paralysées suite à l’arrestation de Tahkout:
Le transport urbain, suburbain et universitaire paralysés

Les travailleurs de l’Entreprise de transport urbain d’Alger (ETUSA) et les employés de l’entreprise Tahkout pour le transport universitaire à travers plusieurs wilayas, ont mené hier, une grève surprise.

Dès la matinée d’hier, les bus de l’entreprise publique ETUSA, ont boycotté les rues d’Alger, car, les chauffeurs et autres personnels, revendiquent encore l’augmentation des salaires. À souligner, que l’ex-Directeur général de l’entreprise de transport urbain et suburbain d’Alger (ETUSA) Abdelkader Benmiloud, a été placé sous mandat de dépôt et mis en détention provisoire par le juge d’instruction près le tribunal de Sidi M’Hamed, ainsi que l’actuel Directeur des transports de la wilaya d’Alger Rachid Ouzane.
En parallèle, les travailleurs de la filiale de Transport de Tahkout, ont très vite réagi, à l’arrestation de leur patron Mahieddine Tahkout et des membres de sa famille et ce, en organisant une grève surprise qui a paralysé le transport universitaire et le transport urbain et suburbain où est implanté le groupe Tahkout.
À souligner, que la décision du juge d’instruction près le tribunal de Sidi M’hamed à Alger, de placer sous mandat de dépôt, tôt dans la matinée d’hier, de l’homme d’affaires Mahieddine Tahkout et des membres de sa famille, a provoqué la colère des travailleurs affiliés au groupe du patron de TMC, précisément, dans le transport universitaire et urbain et suburbain.
Ainsi, les étudiants qui espèrent rattraper le retard dans l’avancement des cours et éviter une année blanche, se retrouveront devant une situation très délicate puisque le puissant Tahkout détient en quasi-majorité le transport universitaire des grandes villes d’Algérie.
Dans ce sens le porte-parole de l’Union générale des étudiants libres (UGEL) Salaheddine Douadji, a appelé l’Office national des œuvres universitaires à intervenir rapidement pour sauver encore l’année universitaire. Selon lui, il est temps de remettre l’ordre dans le secteur de l’Enseignement supérieur notamment dans les œuvres universitaires. Cette même organisation avait dénoncé et appelait à l’ouverture d’une enquête sur le fonctionnement du transport universitaire dans la Direction des œuvres universitaires d’Alger Ouest.
Selon l’enquête de la section de l’Ugel d’Alger, environ 100 milliards de centimes partent dans l’air chaque année. «La direction des œuvres universitaires d’Alger-ouest, aurait déclaré qu’elle disposait de 780 bus entre urbains et périurbains pour le transport des étudiants», avait indiqué L’Ugel, d’ajouter «Mais sur le terrain cette direction ne met à la disposition des étudiants que 480 bus». Ainsi, il est clair que les autres directions basées à travers les différentes wilayas, faisaient les mêmes pratiques.
Alger: Noreddine Oumessaoud