vendredi , 22 juin 2018
<span style='text-decoration: underline;'>Mme Chellal Dalila, directrice de l’Epic de gestion des C.E.T</span>:<br><span style='color:red;'>Le tri-sélectif a tourné à l’échec à la cité Akid Lotfi</span>
© OT / Adda

Mme Chellal Dalila, directrice de l’Epic de gestion des C.E.T:
Le tri-sélectif a tourné à l’échec à la cité Akid Lotfi

Le projet de tri-sélectif à Oran, a été pour beaucoup de spécialistes, le début de l’ère de l’économie verte et de la valorisation des déchets dans la capitale de l’ouest. Lancé à grande échelle par les autorités locales, ce projet pilote, a été concrétisé dans un premier temps, à la Cité Akid Lotfi et la cité AADL-Pépinière.

Plusieurs campagnes de sensibilisation au profit de la population, ont été effectuées par les services concernés et des bacs ont été déposés pour permettre aux citoyens de jeter séparément le verre, le plastique et le papier et ensuite leur collecte, afin d’espérer un avenir radieux pour la gestion et la valorisation des déchets et généraliser le processus à d’autres quartiers d’El Bahia.
Mais après plus de deux ans du début de ce projet, ce dernier n’a pas réussi à la cité Akid Lotfi. En effet, selon Mme Chellal Dalila, directrice de l’Epic de gestion des centres d’enfouissement technique (CET) à Oran, une cinquantaine de bacs ont été volés dans cette cité, des inconnus ont dérobé ces bacs fabriqués en plastique, pour qu’ils puissent être transformés par la suite dans des ateliers clandestins. Un geste d’incivisme qui est venu pénaliser un effort considérable fourni par les autorités locales. La directrice de l’EPIC a soulevé dans ce cadre, «l’absence du gardiennage», dans la cité AADL Pépinière, le projet se poursuit toujours et la collecte de ces déchets se fait par les camions de l’Epic.
Selon notre interlocutrice, ce qui s’est passé à la cité Akid Lotfi, ne démontre pas la fin du tri-sélectif à Oran. Elle se dit confiante, et affirme que ce projet réussira dans la capitale de l’ouest, si deux facteurs existent, le premier est le gardiennage et le 2ème la conciergerie. Et pour démontrer cela, des bacs de tri-sélectif ont été déposés à travers 23 cités militaires d’Oran. Cela, a donné «des résultats encourageants», selon Mme Chellal. D’autres bacs ont été déposés à travers les écoles, les administrations, ainsi que des usines.
Par ailleurs, et concernant les perceptives du projet du tri-sélectif à Oran, la directrice de l’EPIC CET a expliqué, que suite au dernières directives du wali M. Mouloud Chérifi, le tri-sélectif va prendre un nouvel élan dans la capitale de l’Ouest. Les déchets seront interceptés au niveau des communes, «l’expérience de mettre en place un centre de tri à Medina J’dida, a démontré, que par de simples moyens, on peut collecter les déchets des commerces. La vision est de mettre en place un à deux centres de tri au niveau de chaque commune, pour collecter les déchets issus des commerces» dira-t-elle.
Concernant la quantité collectée, elle est actuellement entre 1 et 2% d’une quantité globale de 25%. Mme Chellal Dalila se dit optimiste pour l’avenir: «Nous sommes sur le bon chemin, l’avenir va le prouver. Atteindre un niveau élevé de collecte, demande l’implication de toute la population. Il ne faut pas abandonner ce créneau qui est stratégique pour Oran», conclut-elle.
Fethi Mohamed