vendredi , 20 septembre 2019
<span style='text-decoration: underline;'>Déconcerté par sa dernière visite à Aïn El Türck</span>:<br><span style='color:red;'>Le wali Chérifi ordonne une série d’opérations d’embellissement et de réalisation</span>
© Ouest Tribune

Déconcerté par sa dernière visite à Aïn El Türck:
Le wali Chérifi ordonne une série d’opérations d’embellissement et de réalisation

Exploitant sa tournée d’inspection effectué en fin de week-end dernier dans la commune d’Aïn El Türck, le Wali Chérifi Mouloud a instruit la directrice de wilaya du logement, de lancer dans l’immédiat une opération de réhabilitation de quelques immeubles, jugés en totale désuétude et ce, dans le cadre d’un programme d’embellissement de la ville.

Trois quartiers ont été retenus en cette première phase, à savoir le lotissement des 100 logements situé à Hai Crabess, le bloc immobilier Haï Bouregba et enfin, les immeubles situés dans le lotissement Safa Kaddour. Selon un communiqué de la wilaya, une enveloppe financière sera dégagée à cet effet.
La priorité a été accordée à ces lotissements en raison de leur état de délabrement avancé, comme a eu à le constater le chef de l’exécutif de la wilaya d’Oran lors de sa virée dans la contrée balnéaire. Rappelons également, que toujours dans le cadre du programme de l’embellissement et de l’amélioration du cadre de vie, il est projeté la réalisation d’un nouveau jardin public au quartier Haï Nakhil sur l’emplacement même d’un espace devenu une décharge publique, ainsi que deux nouveaux stades de proximité. En matière d’infrastructures scolaires, il a été retenu, la réalisation d’un CEM au niveau de la station balnéaire de Cap Falcon. Enfin, une proposition de réalisation d’un lycée au niveau du quartier de Bouisseville, a été avancée par un élu de l’APC d’Aïn El Türck, Fouzi Benamar, afin de désengorger les deux seuls établissements de la commune qui s’avèrent désormais obsolètes pour accueillir toute la population scolarisée  de la daïra. La promesse d’étudier la faisabilité du projet avec la direction de l’Education, a été faite par le wali, d’autant plus que la question de l’assiette semble être solvable, puisqu’un terrain de 25 hectares jouxte le CEM Ech Chatt de Bouisseville et demeure occupé par des constructions illicites où résident illégalement, depuis des lustres, plusieurs familles.
Il y a tout de même lieu de souligner l’état de déliquescence dans lequel est plongée depuis quelques années maintenant, la commune d’Aïn El Türck, qui n’a pas joui d’un véritable programme de réhabilitation et d’embellissement, bien que des enveloppes conséquentes aient été dégagées pour ce faire.
Ceci, sans parler des projets en souffrances ou de ceux inscrits et budgétisés mais annulés pour cause de détournement de leur vocation initiale, à l’instar de celui du port de pêche ou de plaisance de la Madrague, ayant profité à un investisseur local.
Karim Bennacef