mardi , 20 août 2019
<span style='text-decoration: underline;'>Après des annonces de vente de logements sociaux sur internet</span>:<br><span style='color:red;'>Le wali d’Oran ordonne l’ouverture d’une enquête</span>

Après des annonces de vente de logements sociaux sur internet:
Le wali d’Oran ordonne l’ouverture d’une enquête

Suite à des informations faisant état de l’existence d’annonces de vente de logements sociaux sur internet distribués récemment , le wali d’Oran, Mouloud Chérifi, a ordonné l’ouverture d’une enquête par les services de sécurité, pour prendre les mesures légales à l’encontre des bénéficiaires.

Notons que la vente des logements sociaux ne date pas d’aujourd’hui. Plusieurs cas sont recensés périodiquement à travers les nouveaux pôles urbains de la wilaya, à l’instar de Belgaid, Oued Tlèlat et Gdyel. Les citoyens reçoivent de part et d’autre, des informations sur la vente ou location de logements sociaux, alors que ce type de logements est destiné à des cas biens précis, notamment, la résorption du vieux bâti.
Alors que l’Etat pensait avoir enterré le problème des logements sociaux, voilà que surgissent des affaires relatives à la revente de ces appartements. Les désistements des biens de l’Etat sont de plus en plus nombreux, après avoir pourtant disparu après l’interdiction par la loi de telles transactions. Les appartements qui ne sont pas revendus sont sous-loués pour des mensualités confortables, ce qui prouve que de nombreux acquéreurs possédaient déjà un logement, au moment de l’acquisition de ces appartements, et qu’ils auraient donc dû laisser la chance à des familles qui attendent parfois plusieurs décennies dans l’espoir de vivre sous un toit décent. Pour un fonctionnaire de l’OPGI : «Il est pratiquement impossible de contrôler l’identité des locataires du parc OPGI qui compte plusieurs milliers de logements, la seule parade est la décision de justice qui expulse automatiquement les personnes ayant acquis ces appartements dans ces conditions mafieuses.
Mais les réclamations sont rares et le locataire fait une véritable affaire en revendant son logement sur le dos de l’OPGI ». Une situation qui irrite les demandeurs de logements qui attendent depuis des années, alors que les plus rusées qui ont eu recours à des manières frauduleuses, bénéficient de l’argent octroyé par la vente des logements ou par la sous-location. Les services de l’OPGI d’Oran ont révélé récemment un grand scandale lié à la vente de logements sociaux au nouveau pôle urbain de Belgaïd à des inconnus pour 200 millions de cts. En effet, ces logements étaient destinés à certains citoyens, mais ces derniers ont été déroutés et leurs logements ont été revendus par désistement à des inconnus. Une opération de revente faite au service de l’Etat civil de HLM. Les sorties sur le terrain effectuées par les services de l’OPGI récemment pour sensibiliser les locataires sur le paiement des frais de locations a révélé que plusieurs personnes n’avaient pas payé leurs dettes. Une enquête a été ouverte par l’OPGI et qui a révélé l’existence de victimes de l’opération de relogement du 04 octobre 2017 ; des logements n’ont pas été remis à leurs bénéficiaires, pourtant inscrits comme étant remis. Un véritable «Business » de logements sociaux, revendus à d’autres personnes. L’enquête a révélé qu’un agent de l’état civil aux HLM et 4 individus étaient impliqués dans cette affaire.
Fethi Mohamed