dimanche , 17 novembre 2019
<span style='text-decoration: underline;'>Sidi Bel Abbés </span>:<br><span style='color:red;'>L’environnement menacé par les ordures ménagères et industrielles</span>
@ Ouest Tribune

Sidi Bel Abbés :
L’environnement menacé par les ordures ménagères et industrielles

La wilaya de Sidi Bel Abbés avec sa superficie de 9.150 kilomètres carrés, dispose d’un  parc naturel estimé à 74 espaces verts à travers ses 52 communes. Un nombre jugé peu par les écologistes vu l’invasion du béton armé dans les nouvelles cités urbaines.

De nouveaux pôles urbains à défaut d’espaces verts et qui rendent impossible d’avoir ou inculquer la culture de dame nature à nos futures générations.
Sidi Bel Abbés est divisée en trois systèmes écologiques qui sont la zone montagneuse sise au centre et au nord, les plaines au centre et les steppes au sud, ajoutés aux deux zones humides qui sont le barrage Sarno et le lac Sidi Mohamed Benali, ainsi qu’une richesse forestière estimée à 22 pour cent de la superficie totale de la wilaya. Avec ses 74 sites verts d’une superficie de 78.124 mètres carrés, chaque citoyen dispose de deux mètres carrés au lieu de dix selon les normes internationales.
L’autre problème que fait face la Direction de l’environnement, est la quantité des ordures ménagères quotidiennes estimée à 500 tonnes dont 200, rien que pour la commune de Sidi Bel Abbés. Mais le pire vient des usines qui se débarrassent de leurs déchets souvent toxiques. On estime selon une récente étude, que l’ENIE génère une grande quantité de boues portant atteinte au nouveau pôle urbain Bosquet, par exemple. L’entreprise de construction de matériels agricoles (CMA) stocke 72 tonnes de cyanure, les détritus des 50 transformateurs électriques en arrêt, des huiles phytosanitaires, des pesticides des CCLT et d’autres produits dangereux jetés anarchiquement par des privés dans un total de 40 dépôts d’ordres illégaux.
Comme résolutions d’urgences, on a créé trois centres d’enfouissement technique de déchets (CET) à Sidi Bel Abbés de 24 hectares qui concernent les ordures ménagères de SBA, Sidi Barhim, Ain Trid, Sidi Lahcen, Zerouala, Tilmouni et Amarnas, un autre CET à Télagh pour les régions du sud, et à Benachiba qui attend son exploitation. On cite encore les quatre points de collectes d’ordures ménagères à Mcid, Ras El Ma, Chetouane et Marhoum, une unité de tri d’ordures en collaboration avec une firme belge et une station de traitement de lixiviats au niveau du CET de SBA. Puis, la création de centres de collecte et gestion d’ordures au profit de 46 communes sur les 52 existantes à l’instar de l’EPIC Nadhif.com du chef lieu qui dispose de 25 bennes-tasseuses équipées de système de géo-localisation, 1.300 bacs à ordures, en attente de livraison de 500 nouveaux bacs. L’autre volet qui reste très pratique, est celui lié à la sensibilisation car une simple balade à travers les quartiers de la Mekerra va nous montrer à quel point l’être humain est loin d’être civilisé par ses déchets jetés en pleine rue, des canettes de bière, de reste de nourriture et même des ordures ménagères pointées au centre des rues de Sidi Bel Abbés. Une vraie honte, quoi !
M. Bekkar