dimanche , 15 décembre 2019

...:
L’erreur des Al Saoud

Quelles conclusions peut-on tirer de l’affaire Khashoggi ? La question est de mise, sachant le traditionnel appétit des grandes puissances lorsqu’il est question d’un gros gâteau à partager. Car, il s’agit bien de cela. Les dirigeants de ces pays peuvent toujours invoquer les droits de l’homme et autres principes «modernes», ils ne pourront jamais convaincre sur leurs intentions. Et pour cause, il est question là d’un gros morceau. Des réserves de pétrole à n’en plus savoir compter, des milliers de milliards de dollars. Oui, les Trump et consorts ne se soucient pas du sort du «pauvre» arabe assassiné dans un consulat, comme ils ne se sont jamais souciés des millions d’autres arabes écrasés par leurs bombes.
Que ces dirigeants du «monde libre» annoncent l’arrêt de fourniture d’armes à l’Arabie Saoudite après le meurtre de Khashoggi fait sourire. Ils savent pourtant, que le journaliste dissident n’a pas été tué par un missile américain, français ou allemand. Il a été poignardé et découpé par ses assassins. Quel rapport avec les armes ?
La réponse est on ne peut plus évidente: les Occidentaux, Américains en tête, veulent resserrer l’étau sur l’Arabie Saoudite qui leur «bêtement» offert une occasion en or. La phase cruciale pour l’invasion de ce pays est, disons-le enclenchée. A voir l’évolution du dossier et des discours des dirigeants européens et américains, il semble que même si l’on sent de l’improvisation, la stratégie de la mise sous «tutelle» du royaume est bel et bien en marche. Comme du temps de la «grande époque» de la diabolisation du régime des Al Saoud est lancée. Les informations les plus farfelues, circulent déjà au sujet du prince Mohamed Ben Salman. La chaîne qatarie El Djazeera fait très bien son boulot.
A l’heure où l’on se désole sur le scénario macabre de l’assassinat de Khashoggi, les «stratèges» imaginent déjà les possibilités de tirer profit de cette affaire. Les premiers épisodes de ce qui s’apparente à un thriller politico-médiatique, sont déjà écrits et les rôles distribués, personne ne peut présager de l’épilogue, mais il est certain qu’au final, ce sont les Occidentaux qui se rempliront les poches et les Saoudiens d’en bas qui trinqueront. En attendant, l’on a le loisir de noter la distribution qui donne à l’Allemagne et à la France les rôles de Guests Stars. Ces petits acteurs qui interviennent au début du film, histoire de créer l’énigme. Celle-ci, tout le monde la connaît.

Par Smaïl Daoudi