lundi , 21 janvier 2019
<span style='text-decoration: underline;'>Un sit-in ce mardi devant le siège de la wilaya</span>:<br><span style='color:red;'>Les 3.000 « oubliés » du programme AADL 2 ne décolèrent pas</span>
© D.R

Un sit-in ce mardi devant le siège de la wilaya:
Les 3.000 « oubliés » du programme AADL 2 ne décolèrent pas

Les souscripteurs du programme AADL 2 qui avaient obtenu l’accord favorable de l’agence d’amélioration et de développement du logement en 2013 mais qui n’ont pas réussi à retirer le premier ordre de versement, ne décolèrent pas. Ils annoncent un sit-in ce mardi devant le siège de la wilaya pour exiger une intervention prompte du chef de l’exécutif local.

Les souscripteurs en colère, avaient organisé il y a quelques jours un sit-in devant la direction régionale Ouest de l’agence à Oran pour dénoncer, selon leurs délégués, les lenteurs bureaucratiques qui seraient la cause de leur exclusion. Les délégués des concernés affirment que les 3.000 exclus avaient obtenu l’accord favorable de l’agence en 2013 mais depuis, rien n’a été entrepris par l’agence pour régulariser leur situation.
Les souscripteurs et bénéficiaires du programme AADL 2 ont tenu ces derniers mois plusieurs rassemblements de protestation devant le siège de l’agence situé au rond-point de la Pépinière pour dénoncer la cadence de réalisation des chantiers à Oran Ouest et les lenteurs bureaucratiques dans l’affectation administrative des souscripteurs. Ils avaient exigé le lancement de tous les projets en souffrance de cette formule. Il est à rappeler que 4.100 appartements seront attribués avant le 15 janvier prochain et 7.000 autres en 2019 à Oran. Les premières livraisons du quota des 4.100 unités AADL concerneront 2.600 souscripteurs, dont une bonne partie a finalisé toutes les procédures administratives nécessaires.
Les bénéficiaires ont été reçus durant les après-midis de dimanche à jeudi pour le dépôt des dossiers. Ils ont été ensuite orientés vers les 20 notaires conventionnés avec l’AADL pour signer les documents nécessaires.
H. Maalem