jeudi , 23 janvier 2020
<span style='text-decoration: underline;'>Jardin de Sidi M’Hamed 2 </span>:<br><span style='color:red;'>Les agents de la DPE reprennent du service</span>
© Google

Jardin de Sidi M’Hamed 2 :
Les agents de la DPE reprennent du service

Les Jardiniers de la Division de Protection de l’Environnement ont réinvesti les espaces verts du grand jardin de Sidi M’Hamed 2, après une longue période d’absence. C’est du moins, ce qu’a annoncé en cette fin d’été 2017, M. Bouchedda, directeur de cette division communale de l’APC d’Oran.

La gestion du jardin en question, était confiée à l’entreprise «Oran vert», sur la base d’une convention rémunérée qui n’a pas convaincu tout le monde. Et pour cause: l’état de cet espace offrait une image de désolation. Les parterres de gazon défraîchi, des palmiers adultes qui ont rendu l’âme, des massifs fleuris sans fleurs. Enfin, en dehors des marchands ambulants de casse-croutes et confiserie, présents dans cet espace, les passants observaient d’un œil médusé cette situation de désolation. Il est vrai, que ce jardin a été ouvert au public, alors que le réseau d’eau nécessaire pour arroser les espaces verts et les arbres, ne fonctionnait pas comme il était souhaitable, pour maintenir en vie tous les éléments du décor et d’autres mobiliers urbains, à offrir aux promeneurs, jeunes et vieux. Actuellement, une équipe d’agents de la DPE est sur le terrain pour remettre de l’ordre dans le système d’arrosage et rendre plus attrayant ce site qui a coûté très cher à la collectivité locale. D’ailleurs, depuis quelques jours, les passants ont vite remarqué, la présence de camions citernes aux abords de la route des Falaises, pour permettre aux jardiniers de la commune, d’arroser les surfaces gazonnées, ornées de fleurs multicolores et les plants d’alignement qui s’étirent jusqu’au site d’EL-Bahia. Ils sont un peu partout, les agents de la Division de Protection de l’Environnement qui activent énormément actuellement pour traiter l’environnement des cités relevant des douze délégations communales, en cette saison estivale.
La ville d’Oran, qui vient d’ajouter à son patrimoine, trois grands jardins de détente, de loisirs et de sport, dans les secteurs d’El Hamri, Yaghmouracen, (Les Amandiers) et les Castors, (El-Makkari), doit faire face à un plan de charge conséquent pour l’arrosage et l’entretien des espaces verts et des jardins de quartiers. Au quotidien, les opérations d’élagage des arbres d’alignement sur les principales artères de la ville, notamment les avenues et giratoires, accusent en moyenne, le traitement de vingt arbres d’alignement et palmiers qui mobilisent une centaine d’ouvriers, deux camions, un tracteur, deux camions-échelle et une pelle mécanique, dans les différents sites. Parallèlement, des travaux de désherbage de tonte du gazon et de taille des arbustes, ainsi que des actions d’enlèvement des décombres, sont enregistrés au niveau des jardins publics de la «Roseraie de Yaghmouracen, «El MorchId», El Othmania, au grand jardin municipal de Médioni à Haï Dhaya, au Théâtre de verdure et à la promenade Ibn-Badis (ex-Létang). Sur un autre plan, les agents communaux procèdent au chaulage des troncs d’arbres d’alignement le long de tous les boulevards périphériques, notamment la troisième voie expresse.
D’ailleurs, la DPE a élaboré un programme d’arrosage des allées fleuries sur la base de deux actions à l’aide de ses six camions, de nuit comme de jour, rappelle-t-on au niveau de la division concernée.

Abdallah.B