jeudi , 14 novembre 2019
<span style='text-decoration: underline;'>Début aujourd’hui des épreuves du Baccalauréat </span>:<br><span style='color:red;'>Les autorités mobilisées pour éviter la fraude et les fuites de sujets</span>

Début aujourd’hui des épreuves du Baccalauréat :
Les autorités mobilisées pour éviter la fraude et les fuites de sujets

Le Baccalauréat de l’année en cours dont les épreuves d’une durée de cinq jours commenceront aujourd’hui et s’étaleront jusqu’au 20 juin en cours, intervient dans un contexte particulier lié au mouvement de protestation populaire que connait le pays.

En effet, hormis quelques marches organisées par des lycéens dans
de nombreuses wilayas du pays, les contestations pacifiques, lancées depuis le 22 février dernier, n’ont fort heureusement pas perturbé le déroulement des cours et les programmes ont été dispensés à temps.
C’est le même cas également pour les quelques actions observées par les syndicats du secteur, qui, en guise de soutien au Hirak, avaient organisé des actions où des enseignants étaient du côté des manifestants.
Mais le volet le plus encombrant pour le ministère de l’Éducation nationale demeure celui de garantir un BAC sans que des sujets des épreuves ne soient diffusés sur les réseaux sociaux, autrement dit un BAC sans fuites, des fuites qui pourraient altérer la crédibilité des épreuves.
D’ailleurs, les sessions précédentes ont été émaillées par de véritables scandales liés à la fraude et la fuite de sujets sur internet et les mesures prises par le passé avaient affiché leurs limites.
Pour la session de juin 2019, les autorités, afin d’assurer un bon déroulement des épreuves, ont mis en place une multitude de mesures. En plus des dispositifs pris en compte par le département de Abdelhakim Belabed, la mobilisation visant à assurer un BAC qui se déroule sans «incidents» a concerné aussi les services de sécurité et la Protection civile qui ont annoncé des mesures spéciales.
Plus de 674.000 candidats attendus
Pour ce qui est du nombre de candidats attendus aujourd’hui dans les différents centres d’examens du pays, ils seront 674.831 élèves qui passeront les épreuves du baccalauréat (session 2019) à travers tout le territoire national.
Ces candidats dont 54,56 % sont des filles et 263.400 libres vont passer les épreuves dans 2 339 centres d’examens.
Le ministère de l’Éducation nationale fait état aussi de
4 226 candidats détenus qui passeront également les épreuves du baccalauréat au niveau de 43 établissements pénitentiaires agréés.
Le premier responsable du secteur, Abdelhakim Belabed a rappelé l’application des mesures prises déjà l’année passée et, ce, afin d’assurer de meilleures conditions. Il s’agit de la demi-heure supplémentaire et des deux sujets au choix pour chaque matière et chaque filière.
Par ailleurs, M. Belabed a fait savoir que les portes des centres d’examens ouvriront à partir de 7H30 et l’entrée pour tous les candidats se fera à 8H00, soulignant que les retardataires pourront jusqu’à 8H30 rejoindre les classes d’examen avec la consignation de leurs noms sur des registres de retard. Au-delà de 8H30, aucun retard ne sera autorisé, prévient le ministre.
Les mesures liées aux horaires concerneront aussi les épreuves de l’après-midi qui débuteront à 15H00, a-t-il ajouté, expliquant que l’ouverture des portes aura lieu à 14H30, et que tout candidat retardataire verra son nom consigné sur le registre prévu à cet effet.
S’agissant des mesures liées au transport des candidats, M. Belabed a indiqué que des bus seront mobilisés, au niveau de chaque wilaya, pour assurer le transport dans des zones éloignées, appelant, ainsi, les parents des candidats à repérer les centres d’examen à l’avance pour éviter les retards le jour J.

Les éléments de la police, de la gendarmerie et de la protection civile mobilisés

Il est à préciser par ailleurs qu’en plus des mesures prévues par le département de l’Éducation nationale, la mobilisation des services de police, de la gendarmerie et de la protection civile sera aussi au rendez-vous.
En effet, la Gendarmerie nationale annonce le déploiement d’un plan spécial prévoyant la mobilisation des moyens humains et matériels nécessaires au bon déroulement de ces examens au niveau des 48 wilayas et la sécurisation des centres d’examen et de leurs périmètres relevant des territoires de compétence.
Quant à la Protection civile, elle a annoncé la mise en place d’un dispositif opérationnel fort de 39.000 agents d’intervention, tout grade confondu, ainsi que la mobilisation de 2.197 ambulances et de 1.338 camions anti-incendie, pour veiller à la sécurité des élèves et des encadreurs.
De son côté, le ministère de la Défense nationale (MDN) dotera les annexes de l’ONEC d’appareils de brouillage, pour lutter contre la fraude et garantir la crédibilité du BAC.
S’agissant des forces de police, la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) a annoncé avoir mobilisé 18.000 policiers à travers le territoire national pour veiller à la sécurisation des examens du baccalauréat 2019.
«Les forces de police se déploieront également au niveau des périmètres extérieurs des centres d’examen et assureront l’acheminement et la distribution en toute sécurité des sujets d’examen à travers tous les centres ainsi que le transport des copies vers les centres de compostage», précise la DGSN.
Évoquant les dispositifs de sécurisation des épreuves et de lutte contre la fraude de cet important rendez-vous pour les élèves, M. Belabed a affirmé que ce genre de mesures coercitives de lutte contre la fraude «a démontré son efficacité et a permis de réaliser des résultats positifs ces dernières années, notamment avec la création de l’Organe national de prévention et de lutte contre les infractions liées aux technologies de l’information et de la communication relevant du ministère de la justice, doté des moyens juridiques et réglementaires nécessaires».
Il convient de signaler enfin que les résultats du baccalauréat seront annoncés vers le 20 juillet prochain.
Samir Hamiche