mercredi , 28 juin 2017
<span style='text-decoration: underline;'>Boycottant les contrôles de la DCP </span>:<br><span style='color:red;'>Les bouchers d’Aïn El Türck se mettent en grève «administrative»</span>

Boycottant les contrôles de la DCP :
Les bouchers d’Aïn El Türck se mettent en grève «administrative»

Le bras de fer qui oppose les services de la Direction de Contrôles des Prix, (DCP), d’Aïn El Türck aux bouchers de la commune, n’est pas prêt de connaître son épilogue. Et pour cause, depuis plus d’une semaine, pas moins de 12 boucheries, activant principalement au marché communal de la ville, ont entamé une grève «administrative».

C’est ainsi, qu’ils l’ont nommée, afin de protester contre les opérations de contrôle, des services de la DCP, jugées arbitraires, par les commerçants. Approchés, les tenanciers des commerces de boucherie, ont certifié «boycotter les opérations de contrôle, décidées par les éléments de la subdivision d’Aïn El Türck, depuis le début du mois de Ramadhan». Selon l’un d’eux, un ancien boucher, installé depuis longtemps au marché communal, «les opérations de contrôle sont partiales, car, elles ne concernent que les boucheries dûment agréées, activant dans le cadre légal, soit avec un registre de commerce, alors que celles activant dans le circuit informel, nombreuses en cette période, ne sont pas touchées». «Comment expliquer cela ? Nous, nous payons nos impôts et nous nous acquittons du droit d’abattage, de contrôle sanitaire, etc… alors que les revendeurs illicites sont épargnés, par les services de contrôles. De plus, leurs produits ne sont pas soumis au contrôle sanitaire, ni d’ailleurs à aucune autre taxe. Et le plus inadmissible, est le fait que ces marchands informels, nous imposent une concurrence déloyale, mettant en risque notre activité. Il y a lieu tout de même, de savoir que ces bouchers «grévistes», continuent à exercer leurs activités et vendre leurs produits, déclarent-ils, afin de ne pas pénaliser le client, mais tiennent à observer leur boycott, vis-à-vis des services de contrôle. Nous apprenons, que les maintes tentatives des éléments des services de la DCP, d’effectuer leur mission de vérification, auprès de ces commerçants, se sont heurtées à un niet catégorique, de ces derniers. Selon la législation en vigueur, les commerçants ayant refusé d’obtempérer, aux notifications des services de la DCP, encourent la fermeture de leurs locaux, pour une durée de deux à trois mois, laquelle fermeture serait probablement, assortie d’amendes. Toutefois, et pour l’heure, aucune décision, n’a été prise, à l’encontre des commerçants concernés.

Karim Bennacef