mardi , 25 septembre 2018
<span style='text-decoration: underline;'>EHU d’Oran </span>:<br><span style='color:red;'>Les cancers du sein et de l’utérus au centre du 8ème congrès international de gynécologie</span>
© Illustration

EHU d’Oran :
Les cancers du sein et de l’utérus au centre du 8ème congrès international de gynécologie

Le 8ème congrès international de gynécologie  obstétrique de l’EHU d’Oran, prévu les 14 et 15 du mois en cours, a retenu  comme thématique centrale les cancers du sein et de l’utérus, a indiqué  mercredi le président du congrès, le Pr. Belkacem Chafi.

«Le cancer du sein reste le plus meurtrier chez la femme, représentant à  lui seul le tiers de tous les cancers confondus», a précisé à l’APS le Pr  Chafi, relevant que le cancer de l’utérus a, quant à lui, reculé ces quatre  dernières années, passant du deuxième rang (après celui du sein) au  quatrième parmi les cancers touchant les femmes.
Le recul de cette maladie, a estimé le même spécialiste, «est le résultat  des campagnes de sensibilisation et de dépistage, menées au cours des  dernières années, qui encouragent de plus en plus de femmes à faire des  frottis, ce qui permet de détecter ce genre de cancer de manière très  précoce et d’intervenir à temps». Les cancers du col de l’utérus sont principalement provoqués par des virus  de la famille des papillomavirus humains (HPV), transmis par voie sexuelle.
Le frottis permet de récupérer des cellules avant même qu’elles se  transforment en cancer, a-t-il expliqué. «Le diagnostic du cancer du sein reste quant à lui plus ou moins tardif.  Les femmes ne se présentent chez le médecin qu’une fois que le cancer  atteint le deuxième ou troisième stade», a regretté le Pr. Chafi, appelant  les femmes à subir des examens réguliers et à s’inquiéter, dès l’apparition  de changements, même s’ils sont minimes au niveau de leur poitrine. Le 8ème congrès de gynécologie obstétrique abordera d’autres thèmes comme  la contraception, la césarienne, l’importance de l’allaitement maternel et  la fertilité, entre autres. Des spécialistes de différentes régions du pays  et de l’étranger prendront part à ces travaux.