lundi , 22 juillet 2019
<span style='text-decoration: underline;'>Moins nombreux et dans le calme</span>:<br><span style='color:red;'>Les étudiants ont marché pour le 20ème mardi consécutif</span>

Moins nombreux et dans le calme:
Les étudiants ont marché pour le 20ème mardi consécutif

Des centaines d’étudiants sont descendus hier dans la rue au niveau de la capitale afin de maintenir la pression pour le 20ème mardi de protestation consécutif. Malgré une chaleur suffocante et la fin de l’année universitaire qui signifie le début des longues vacances d’été, la mobilisation des universitaires, venus de plusieurs facultés d’Alger, n’a pas reculé d’un iota.

Les marcheurs ont affiché leur détermination à continuer d’organiser, pendant les prochaines semaines, leurs marches qui se tiennent tous les mardis.
En effet, le bruit assourdissant de l’hélicoptère de la police, qui survole le ciel d’Alger-centre, est synonyme du début de la marche des étudiants, qui ont donné le coup d’envoi de leur action de protestation hebdomadaire vers les coups de 10h30, au niveau de la Place des Martyrs.
Moins nombreux que les semaines précédentes, les universitaires ont attendu que la foule prenne de l’épaisseur pour entamer leur marche, en se dirigeant vers la Grande Poste, dont la bâtisse est barricadée par un impressionnant dispositif de sécurité.
Plusieurs quartiers ont été empruntés par les marcheurs à l’instar de la rue Bab Azzoun. Ensuite, les manifestants ont pris la direction de la rue Ali Boumendjel, Larbi Ben M’hidi et Pasteur, en atteignant la place Maurice Audin.
Les manifestants sont également passés par le Boulevard Amirouche en montant ensuite vers la rue Mauritania pour arriver aux alentours de la faculté centrale. La protestation hebdomadaire des étudiants s’est déroulée dans le calme, sans incidents et encadrée par un impressionnant cordon de sécurité. Ainsi, en prévision de la marche des étudiants, des dizaines de policiers ont fait le pied de grue depuis les premières heures de la matinée.
Les universitaires ont entamé leur marche hebdomadaire en chantant en chœur l’hymne national « kassaman », sous les youyous des femmes, suivis par les applaudissements nourris.
Pour ce qui est des revendications des manifestants, une multitude de slogans ont été scandés par les universitaires au cours de leur marche parmi lesquels «Djazaïr horra dimocrataiya » (Algérie libre et démocratique) et «le peuple est président» et « le peuple veut l’indépendance».
Munis de pancartes et drapeaux aux couleurs nationales, les étudiants ont réclamé aussi la libération des détenus dont le moudjahid Lakhdar Bouregaâ, en scandant « Libérez Bouregaâ». Sur quelques pancartes brandies au sein de la foule, on peut lire : «Presse libre», « non à la justice du téléphone » et « non au racisme ». Après une manifestation qui aura duré plus de trois heures, les étudiants se sont dispersés dans le calme et aucun incident n’a été signalé. Le fait marquant de la nouvelle journée de mobilisation des étudiants est la parfaite organisation qui a marqué la marche d’hier. Les marcheurs ont formé des cordons humains pour éviter tout contact avec les éléments des services de sécurité. Il convient de rappeler enfin que, depuis le 22 février dernier, les étudiants ont accompagné le mouvement populaire en choisissant la journée de mardi pour organiser chaque semaine leur action de protestation hebdomadaire.
Alger: Samir Hamiche