jeudi , 23 janvier 2020
<span style='text-decoration: underline;'>34e mardi consécutif </span>:<br><span style='color:red;'>Les étudiants toujours mobilisés</span>
© Google

34e mardi consécutif :
Les étudiants toujours mobilisés

Pour le 34e mardi consécutif, les étudiants ont organisé hier une nouvelle marche de protestation pacifique au niveau de la Capitale et dans d’autres wilayas du pays.

Soutenus par d’autres citoyens des deux sexes et de différents âges, les étudiants ont réitéré leurs revendications qui ne diffèrent pas trop de celles clamées durant les semaines précédentes.
À Alger, face à un impressionnant dispositif policier où un important déploiement des éléments des services de sécurité a eu lieu dans plusieurs quartiers, les étudiants ont marché sans encombre, dans le calme. Comme il est de coutume, le coup de starter de la marche du jour a été donné avant midi à partir de la Place des Martyrs. Les étudiants ont pris, ensuite, la direction du centre d’Alger, accompagnés par d’autres citoyens dont beaucoup de personnes âgées.
Après un rassemblement de quelques minutes tenu au niveau de la Place des Martyrs, les manifestants ont entamé leur marche hebdomadaire et sillonné divers rues et quartiers tels que Bab Azzoun, Ali Boumendjel, Rue Ben M’Hidi, Grande Poste, Boulevard Amirouche et Place Maurice Audin, entre autres.
Après avoir marché les quartiers précités, les manifestants qui constituent une foule de plus en plus compacte, s’est réunie à quelques mètres de la Grande Poste. Face à un cordon sécuritaire déployé autour de la Grande Poste, les marcheurs ont chanté en chœurs de nombreux slogans. D’autres manifestants ont brandi des pancartes et banderoles. Pour ce qui est des revendications, les étudiants ont réclamé, comme fut le cas lors des mardis précédents, le départ des symboles de l’ancien système, la libération de tous les détenus dont le moudjahid Lakhdhar Bouragâa, les manifestants emprisonnés pour port de drapeaux berbères.
Les universitaires ont réclamé également la libération des militants politiques et de mener un changement profond du système de gouvernance.
Après la première vague d’étudiants ayant marché de la Place Maurice Audin vers les alentours de la Grande Poste, en passant par la faculté centrale, d’autres cortèges ont refait le même itinéraire quelques minutes plus tard. Par ailleurs, les éléments des services de sécurité ont mis le pied de grue depuis la matinée dans de nombreux coins. D’autres groupes de policiers ont pris position devant les devantures de quelques établissements étatiques et sièges d’institutions. En plus d’un hélicoptère qui a survolé le ciel d’Alger-centre pendant plusieurs heures, les services de sécurité ont stationné des dizaines de fourgons dans des quartiers concernés par le passage des étudiants comme le Boulevard Amirouche, la rue Asselah Hocine et la Place Maurice Audin ainsi que la rue Didouche Mourad.
Il est à signaler que l’action hebdomadaire des étudiants a eu lieu dans divers wilayas universitaires du pays. En fin de journée, les étudiants se sont dispersés dans le calme sans le moindre incident.
Samir Hamiche