dimanche , 23 septembre 2018
<span style='text-decoration: underline;'>Retard dans la réalisation des différentes formules de logement</span>:<br><span style='color:red;'>Les injonctions de Temmar</span>
© D.R

Retard dans la réalisation des différentes formules de logement:
Les injonctions de Temmar

Le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, Abdelwahid Temmar, a tenu hier matin, une rencontre avec les maîtres d’œuvre concernés par la réalisation de différentes formules de logements. 

Cette rencontre concerne particulièrement le logement public locatif (LPL) pour connaître les causes à l’origine des retards enregistrés dans la réalisation de certains projets. Le ministre a reconnu ainsi, un retard dans la réalisation de plus de 66.000 unités de types AADL et LPL. «Il existe le retard à rattraper», a insisté le ministre qui dira que le nombre de logements publics locatifs (LPL) accusant un retard de réalisation à travers 18 wilayas, s’élève à 28.100 unités. Des retards, qui varient selon le ministre entre 12 à 48 mois. Il dira également que les 73 projets de type logement public locatif accusent des retards avec des taux de réalisation entre 16% et 72%.
Après ce constat, le ministre a incité les entrepreneurs pour rattraper le retard. M.Temmar a invité les entrepreneurs à le saisir par correspondance au cas où ils feraient face à des entraves de la part de l’administration ou de quelque partie que ce soit. «Vous pouvez me saisir par fax, mail autres moyens. Je suis à votre disposition, pourvu qu’il n’y ait pas de retard dans la réalisation des logements» a-t-il dit tout en précisant que tous les projets doivent être livrés en 2018.
À noter, que toutes les formules bénéficient du soutien de l’Etat à travers des aides directes, des abattements dans le foncier, des crédits à taux bonifiés ainsi que d’autres formes et voies de financement, a souligné le ministre, rappelant par la même occasion, que la formule LPL est financée entièrement par le Trésor.
La formule LPL (sociale) a bénéficié depuis 1999 dans le cadre du programme du président de la République Abdelaziz Bouteflika, d’un budget de 43 milliards de dollars et a permis de loger 1 141 113 familles, avait précisé le ministre. L’inscription à cette formule a été fermée depuis 2015 pour alléger la pression sur le Trésor public et en raison des conditions financières que connaît le pays.
Par ailleurs, le ministre a indiqué que son département va entreprendre des contrôles rigoureux des chantiers à travers le pays pour veiller à l’avancement des projets dans le cadre des nouveaux plannings de travail devant être établis par les responsables locaux de logements et ceux de l’OPGI en concertation avec le wali. «Nous devons maintenant travailler avec rigueur dans un esprit d’équipe et une concertation entre les autorités locales et les autorités centrales»» a-t-il souligné dans le contexte, annonçant que «de nouvelles instructions seront transmises à tous les responsables locaux concernés à travers les différentes wilayas du pays pour travailler dans cette optique visant à élaborer une méthode de travail unifiée afin d’éviter les retards».
Alger: Noreddine Oumessaoud