mardi , 28 mars 2017

::
Les législatives à l’épreuve des électeurs

Le processus électoral se poursuit normalement et la fin de l’étape de validation des listes de candidatures par l’administration est une phase cruciale qui a tendance à ajouter plus de crédibilité à une administration, accusée jadis par les acteurs politiques de jouer le jeu du pouvoir. Ainsi, le ministère de l’Intérieur a fait son travail et invalidé pas mal de listes qui, aux yeux des administratifs, manquaient d’éléments constitutifs essentiels pour un dossier de candidature, au regard de la règlementation en vigueur. Seulement, les fonctionnaires du département de l’Intérieur ne sont pas infaillibles. Des erreurs d’appréciation ou tout simplement une lecture un peu trop rigoriste de la loi de la part des agents de l’administration peuvent entraîner une injustice, «involontaire» à l’endroit d’un candidat. C’est justement pour traiter ce genre de cas que la loi prévoit un recours devant la justice.
Ce que cette étape dans le processus électoral a d’important, c’est justement la possibilité accordée aux candidats recalés par l’administration de recourir à la Justice. Il y a, dans cette phase, un test grandeur nature du rôle, du poids et de la crédibilité de l’institution judiciaire. Au regard du déroulement de l’opération «recours» et au vu de l’appréciation des acteurs politiques, force est de constater qu’après l’administration qui a passé «son examen», la justice a réussi la gageur de démontrer à l’opinion politique nationale, sa capacité de prouver son indépendance vis-à-vis du pouvoir politique et de l’administration du pays. La preuve de cette crédibilité tient dans le respect que les décisions des tribunaux administratifs ont suscité auprès des partis concernés par l’invalidation des listes. Les représentants de ces formations politiques ont pu développer leur argument d’égal à égal avec l’administration. Les juges ont tranché selon la loi, et tout le monde n’a pas trouvé à redire.
On peut donc affirmer que l’organisation des prochaines élections législatives se déroule selon un standard démocratique reconnu par l’ensemble des concurrents. C’est véritablement un grand succès pour l’Algérie. Il reste à convaincre les citoyens-électeurs à ne pas bouder les urnes pour faire des prochaines élections législatives, un rendez-vous  historique. Mais c’est là une autre histoire…
Par Smaïl Daoudi