samedi , 14 décembre 2019
<span style='text-decoration: underline;'>Belkacem Zeghmati</span>:<br><span style='color:red;'>«Les ministres seront jugés par des tribunaux ordinaires»</span>

Belkacem Zeghmati:
«Les ministres seront jugés par des tribunaux ordinaires»

Le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Belkacem Zeghmati, a indiqué hier que les ministres dont les deux Premiers ministres et les hommes d’affaires seront jugés par des tribunaux ordinaires.

Intervenant, hier, à l’occasion de la cérémonie d’installation de Fayçal Bourebala, en sa qualité de Directeur général de l’Administration pénitentiaire, le garde des Sceaux a affirmé que le recours aux tribunaux ordinaires est dû à la non-installation d’un tribunal de l’Etat, au sein de la Cour suprême, pour juger les hauts responsables impliqués dans les différentes affaires de corruption.
Dans un autre sillage, M. Zeghmati a réaffirmé que les citoyens peuvent assister au procès de ces responsables qui s’ouvre aujourd’hui. Il a assuré aussi que les différents organes médiatiques sont autorisés à couvrir ce procès dont l’instruction des dossiers a été entamée par la justice depuis le mois de mars dernier. Dans ce cadre, le ministre a évoqué le volet organisationnel, en assurant que toutes les mesures adéquates ont été prises dont notamment le côté sécuritaire pour un meilleur déroulement du procès.
Interrogé sur les rumeurs quant aux supposées maltraitances dont les prisonniers auraient fait l’objet, le ministre de la Justice a tenu à avancer un démenti. Il a affirmé que la gestion des établissements pénitenciers se fait d’une manière transparente où les droits de l’homme et la dignité humaine sont respectés. Il a ainsi fait référence aux différents rapports positifs établis par quelques ONG quant aux conditions des détenus. Egalement, le ministre a indiqué que les procureurs de la République et les contrôleurs généraux, exerçant dans des établissements pénitenciers du pays veillent sur les conditions de détention.
Le ministre de la Justice a indiqué que les portes des prisons algériennes sont ouvertes aux organismes internationaux dont le croissant rouge et les différends experts en la matière.
Évoquant, par ailleurs, la détention provisoire, le ministre a affirmé que celle-ci représente plus de 16% du nombre des prisonniers. Il a assuré que le surpeuplement des prisons en Algérie n’est pas dû au recours à la détention provisoire, indiquant qu’elle représente plus de 16% du nombre des prisonniers.
Il est à rappeler enfin que le ministre de la justice avait déjà qualifié, la semaine écoulée, des dossiers dans lesquels sont impliqués des ministres et des hommes d’affaires de « très lourds, sensibles et d’alarmants».
M. Zeghmati a affirmé que «ces affaires portent notamment sur l’octroi d’avantages indus à des propriétaires d’usines de montage automobile.
« Ces dossiers sont très lourds et vous serez étonnés par ce que les magistrats feront », a déclaré le ministre. Il a indiqué que la justice commence à obtenir les premiers résultats de ces dossiers sensibles et alarmants traités par la Justice. M. Zeghmati, affirmant que «la volonté politique, qui était auparavant absente malgré la loi sur la lutte contre la corruption, existe aujourd’hui.

Samir Hamiche