mercredi , 27 mai 2020
<span style='text-decoration: underline;'>Elles seront appliquées dès 2017</span>:<br><span style='color:red;'>Les nouvelles mesures du Bac dévoilées par Benghebrit</span>

Elles seront appliquées dès 2017:
Les nouvelles mesures du Bac dévoilées par Benghebrit

Dans le cadre de la réforme de l’épreuve du baccalauréat, la ministre de l’Education Nationale Nouria Benghebrit, a dévoilé jeudi dernier plusieurs mesures qui entreront en vigueur à partir de la session de 2017. Le nombre des matières prévues lors des examens ainsi que l’heure du début des épreuves sont touchés par les nouvelles mesures.

La réforme du baccalauréat, sujet phare de la ministre de l’Education nationale, sera appliquée dès la prochaine session. Longtemps réfléchies par la tutelle à travers la mise en place d’une commission mixte, les mesures prises par le département de l’Education ont été annoncées jeudi dernier par Nouria Benghebrit, lors d’une rencontre avec les élèves du lycée sportif de Kouba à Alger.

La mesure principale concerne le nombre des matières prévues lors des examens ainsi que l’heure du début des épreuves. La ministre a indiqué que le nombre des matières prévues lors des examens du baccalauréat a été réduit à deux par jour au lieu de trois et que les examens débuteront à 9h au lieu de 8h. Il a été décidé également de prolonger la pause entre deux examens à 1h30 au lieu de 30 mn et de réduire de 30 mn la durée de chaque examen en attendant de conformer ce dernier aux nouveaux horaires, a indiqué la ministre. Elle a affirmé qu’afin d’accompagner les élèves et leur assurer toutes les conditions de réussite, notamment ceux des classes d’examen, des adresses électroniques seront créées pour leur faciliter l’accès au site de l’Office national d’enseignement et de formation à distance (ONEFD) qui propose des cours de soutien gratuitement. Lors de cette rencontre à laquelle ont pris part des cadres et des inspecteurs du secteur, Mme Benghebrit a noté les propositions et préoccupations des élèves, notamment celles liées à l’aspect pédagogique. La ministre a rappelé, dans ce cadre, les réformes adoptées concernant l’organisation des examens du baccalauréat qui seront progressivement appliquées, notamment en ce qui concerne l’évaluation continue. D’autre part, la première responsable du secteur de l’Education, a appelé les élèves à «se référer uniquement au site électronique officiel du ministère de l’Education» et à ne pas prendre en compte les informations publiées par d’autres sites.
Concernant la réduction de la durée des vacances, la ministre a réaffirmé que l’objectif consistait à atteindre 34 semaines d’études au lieu de 26 actuellement, indiquant que le système actuel (26 semaines), a des répercussions négatives, notamment la hausse du taux d’échec à l’université en raison du non parachèvement des programmes des classes d’examen.

Lutte rigoureuse contre la fraude

Par ailleurs, la ministre de l’Education nationale, en réponse jeudi dernier à la question orale de la députée du Front des forces socialistes (FFS) lors d’une séance plénière de l’APN, a indiqué que son département ministériel appliquera « rigoureusement » les mesures d’interdiction de passer les épreuves du baccalauréat pour tout candidat se rendant coupable de fraude à cet examen. Le ministère de l’Education appliquera « avec rigueur » les dispositions règlementaires relatives à l’interdiction de passer les épreuves du baccalauréat contre les candidats qui se rendent coupables de fraude aux examens officiels a averti Mme Benghebrit.
« L’interdiction est de cinq années pour les candidats scolarisés et de 10 ans pour les candidats libres » a expliqué Mme Benghebrit pour qui « ces mesures donneront à réfléchir aux candidats qui seraient tentés de frauder ».
« 1000 postulants au baccalauréat surpris en possession du téléphone mobile en classe d’examen, ont été éliminés l’année dernière » a-t-elle fait savoir rappelant les mesures adoptées par le ministère pour la session 2015, afin d’assurer le bon fonctionnement et la crédibilité des examens nationaux en sensibilisant notamment les parents à l’effet de mettre en garde leurs enfants contre les risques découlant de la fraude.
« A l’avenir les sujets du baccalauréat seront basés sur la compréhension et non sur la mémorisation tel qu’il est de vigueur actuellement » a soutenu Mme Benghebrit précisant que cet état de fait encourageait certains candidats à tricher.

Samir Hamiche