jeudi , 2 avril 2020
<span style='text-decoration: underline;'>Ghardaïa</span>:<br><span style='color:red;'>Les plantes médicinales ont le vent en poupe</span>

Ghardaïa:
Les plantes médicinales ont le vent en poupe

La phytothérapie, l’utilisation des  plantes médicinales, a le vent en poupe à Ghardaïa où les gens y recourent de plus en plus pour se prémunir contre les pathologies virales, notamment le coronavirus.

Devant la rareté et la cherté des médicaments pharmaceutiques, nombreux sont les personnes qui se retournent vers les produits naturels «bio» et les recettes de grand-mère comme alternative pour lutter contre de nombreuses maladies saisonnières connues, telles les grippes.
Pour faire face à la propagation de l’épidémie du coronavirus, des citoyens envahissent les échoppes d’herboristes, installés en force ces derniers jours dans les ruelles et souk de Ghardaïa, pour s’approvisionner en ingrédients magiques antiviraux et antigrippaux, notamment le Thym, la verveine, le basilic, le miel, l’huile d’olive, le gingembre frais, l’armoise et la cannelle.
D’autres n’hésitent pas à contacter les herboristes pour se renseigner sur les recettes traditionnelles pour se prémunir du nouveau coronavirus ou à renforcer leur immunité. Pour Hadja Fatima rencontrée devant un herboriste au quartier Théniet El-Makhzen, l’utilisation des plantes a toujours existé et les savoirs ancestraux sur les plantes se transmettent de génération à génération, pour soulager et prémunir contre toutes maladies. Je cherche du Zaâtar (thym) et du miel naturel de cèdre pour des tisanes à mon mari, a-t-elle affirmé en révélant que cette tisane mélangée au jus de citron sert à soulager les voies respiratoires et lutter contre la grippe saisonnière ou la pneumonie. Pour Ammi Ali aussi, le pouvoir des plantes n’est plus à démontrer. «On l’utilise depuis la nuit des temps pour guérir de nombreuses pathologies et la médecine moderne n’a pas réponse à tout», dit-il. Aissa, un herboriste du quartier Hadj-Messaoud, estime qu’avec cette pandémie de coronavirus, les gens sont dans le désarroi et cherchent un remède pour éviter la contamination.
Plusieurs produits ont connu une hausse des prix avec l’apparition de cette épidémie, notamment le gingembre, le miel, le citron et même l’ail utilisé dans plusieurs recettes de lutte contre les grippes, selon l’herboriste.
Le développement de cette branche à Ghardaïa constitue une alternative pour le développement local, ainsi qu’une alternative médicale pour une frange de la population, a-t-il souligné.