jeudi , 23 février 2017

:
Les raisons de l’hécatombe

Deux ministres ont été dépêchés au chevet des blessés du terrible accident de la circulation survenu à Oultal (M’Sila) qui a fait 10 morts et 12 blessés. Les deux représentants du gouvernement ont profité de ce moment pour rappeler les efforts consentis par les pouvoirs publics en vue d’atténuer cette série noire sur nos routes qui endeuille presque chaque jour plusieurs familles algériennes.
Le ministre des Transports a eu les mots qu’il fallait pour dire que la prévention des accidents de la circulation est une affaire de conscience collective et que l’arsenal juridique et règlementaire mis en place pour protéger les usagers des routes, restera insuffisant sans cette prise de conscience. Pourtant, ceci n’a pas empêché le gouvernement d’introduire de nouvelles sanctions dans le futur code de la route amendé dernièrement. Tout ceci peut sonner comme de flagrantes contradictions qui dénotent d’une impuissance générale à atténuer, à défaut d’éradiquer cette triste vérité qui fait si mal.
Le ministre a ajouté aussi que les responsabilités seront définies et les mesures y compris de sanctions, seront décidées s’il s’avèrerait que l’autocar ne comptait pas un second chauffeur, conformément aux dispositions légales relatives aux autocars des longs trajets. Une sanction qui est à saluer, mais qui pose une autre question cruciale, à savoir si ce bus a été contrôlé tout au long de son trajet par les multiples barrages de route.
La situation et les drames sur nos routes interpellent au plus haut point. Et il est malheureusement temps de reconnaître que nous avons échoué sur ce dossier car, les routes de l’Algérie restent parmi les plus meurtrières au monde. Il y a fatalement quelque chose qui cloche malgré tout cet arsenal juridique qui est mis en place. La légèreté de conduire qu’ont certains sur nos routes, pose plusieurs interrogations sur ce sentiment d’impunité qui fait que l’on a toujours cette impression d’être dans des rallyes de grandes vitesses où toutes les manœuvres dangereuses sont effectuées allégrement.
Il est utile aujourd’hui, de se pencher et de tirer profit de toutes les expériences à travers le monde qui ont fait que certains pays, malgré leur parc automobiles impressionnant, ont pu réussir à rendre leurs routes très sûres.

Par Abdelmadjid Blidi