mardi , 2 juin 2020
<span style='text-decoration: underline;'>Abdelaziz Djerad</span>:<br><span style='color:red;'>«L’Etat déterminé à renforcer le rôle de l’université et de l’école»</span>

Abdelaziz Djerad:
«L’Etat déterminé à renforcer le rôle de l’université et de l’école»

Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad a indiqué, hier, à l’occasion de la Journée nationale de l’Etudiant que l’Etat est déterminé à renforcer le rôle de l’université et de l’école pour se mettre au diapason des exigences économiques du pays.

Intervenant à l’Université de la Formation continue (UFC, Dély Brahim, Alger), à l’occasion du lancement de la diffusion à titre expérimental de la chaine «El Maarifa», En présence du Conseiller à la Présidence de la République, Abdelhafid Allahoum et de membres du Gouvernement, M. Djerad a affirmé que «l’Etat est déterminé à consolider le rôle de l’école et de l’université en vue de répondre aux besoins du développement et de l’économie, en sus des autres missions académiques et de recherche».
M. Djerad a souligné la nécessité de généraliser les nouvelles technologies que ce soit au profit de l’école ou de l’université. «Les deux systèmes universitaire et éducatif «doivent être au diapason du développement des programmes d’acquisition du savoir, en recourant aux nouvelles technologies (NTIC) de manière à permettre à nos universités et écoles de s’adapter à l’évolution rapide des sciences», a-t-il indiqué.
Au sujet de la création sur décision du chef de l’État de la chaine «El Maarifa», il a indiqué que celle-ci aura comme mission «la diffusion des connaissances et l’acquisition d’une culture générale, outre la dispense de cours dans toutes les disciplines au profit des étudiants et des élèves notamment les classes d’examen».
M. Djerad a affirmé aussi que la nouvelle chaîne «El Maarifa», ouverte sur le monde, se veut «un espace dans lequel les connaissances et les cultures universelles se consolident et les idées se cristallisent sur le cadre de vie de la société, en sus des enjeux et défis d’avenir».
Le rôle de la chaîne «El Maarifa» consiste en la généralisation des connaissances, les résultats de la recherche et les options des experts, à relever le niveau d’admission aux études universitaires, à présenter un contenu pédagogique référentiel aux différentes filières, à soulever des interrogations sur les enjeux de la société.
Le média jouera aussi le rôle de transfert des connaissances, permettant l’échange des idées entre les hommes des sciences et de culture, les chercheurs et les entrepreneurs.
Dans ce sillage, ceux qui ont contribué à la naissance de la chaîne ont été salués par M. Djerad et un hommage leur a été rendu.
Pour ce qui est dans la symbolique de la Journée nationale de l’Etudiant, il a indiqué que cette date figure parmi les haltes historiques phares de la lutte nationale pour le recouvrement de l’indépendance, de même qu’elle est «une expression de la forte participation de la jeunesse algérienne au cours des événements de la Guerre de libération nationale et son total engagement aux principes de la Glorieuse révolution du 1er Novembre 1954».
Faisant un rappel historique, M. Djerad a mis en avant le parcours franchi par les étudiants algériens qui, en 1956, avaient abandonné les bancs de l’université et les lycées et boycotté les cours, sacrifiant ainsi leurs études et leurs ambitions pour rallier les rangs de la Révolution aux côtés des moudjahidine.
Cette date, estime M. Djerad, «constitue pour les étudiants d’aujourd’hui une occasion pour s’inspirer des valeurs auxquelles leurs prédécesseurs croyaient profondément et pour lesquelles ils ont sacrifié leur vie» afin de s’acquitter de leur devoir dans la construction de l’avenir de l’Algérie, édifier l’économie nationale et encadrer l’Etat algérien, et ce , en se consacrant avec dévouement à l’acquisition des connaissances et des nouvelles sciences et technologies.
La volonté de développer et d’exploiter les TIC mise en avant
Par ailleurs, M. Djerad, a mis en avant l’intérêt accordé par le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, au développement et à l’exploitation des technologies modernes de l’information et de la communication au service du pays.
M. Djerad a indiqué que «les technologies modernes nous permettent d’améliorer la performance des moyens de communication», soulignant que «l’Algérie s’est engagée sur cette voie depuis quelques années, mais à présent, il y a aussi la volonté du président de la République de développer et d’exploiter au maximum ces technologies pour les mettre au service du pays, surtout des élèves et des étudiants».
Il a insisté sur la nécessité de «faire parvenir l’information et le savoir à tous les Algériens où qu’ils soient sur cet immense pays-continent, et ce, à titre gracieux et sans contrepartie». Il a ajouté que «les élèves et les étudiants n’ont pas tous les moyens matériels qui leur permettent d’utiliser ces technologies».
À l’adresse des ingénieurs en charge de la supervision technique de la diffusion et de la transmission des programmes produits par cette nouvelle chaîne, le Premier ministre a mis en exergue «l’importance de l’enseignement des langues étrangères, l’anglais et le chinois en particulier». La Chine s’érige en ce 21e siècle comme «la plus grande puissance mondiale, d’où l’intérêt de maîtriser sa langue», a-t-il dit.
Il a également mis l’accent sur la nécessité d’accorder un intérêt aux langues nationales et de hisser leur niveau.
Après avoir reçu des explications exhaustives sur les antennes de transmission dont dispose l’ASAL à Bouchaoui, M. Djerad a salué le travail accompli par les cerveaux de l’Algérie dans ce domaine, ajoutant que le pays «doit retrouver la place qui lui sied et recouvrer son rôle aux plans régional et mondial, en assurant formation de pointe à nos compétences et à notre élite scientifique».
Le Premier ministre, qui s’est enquis des maquettes des satellites de l’Agence, a indiqué que l’utilisation des nouvelles technologies dans l’enseignement télévisé «devrait être élargie aux radios, les citoyens du sud étant plus portés sur l’utilisation de la radio dans leur vie quotidienne. Enfin, il a indiqué qu’il est, par conséquent, nécessaire de recourir à l’enseignement par radiodiffusion».
Samir Hamiche