samedi , 29 avril 2017
<span style='text-decoration: underline;'>Hydrocarbures</span>:<br><span style='color:red;'>L’OPEP prévoit des prix de pétrole en hausse</span>

Hydrocarbures:
L’OPEP prévoit des prix de pétrole en hausse

Alors que les prix n’arrivent pas encore à dépasser la barre des 55 dollars, l’Opep affiche son optimisme sur une reprise des prix du brut sur le marché international sous l’effet des réductions de l’offre convenues avec d’autres producteurs non-membres du cartel.

Alger: Wahida Oumessaoud

«N ous sommes optimistes sur le fait que les mesures déjà prises nous ont placés sur la voie de la reprise», a déclaré le secrétaire général de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), Mohammad Sanusi Barkindo, lors d’un forum sur l’énergie à Abou Dhabi. Ainsi, l’OPEP et ses partenaires, comme la Russie, s’imposent depuis janvier, des plafonds de production dont l’application est au moins prévue jusqu’à la mi-2017 afin de soutenir les prix du brut qui avaient perdu près de la moitié de leur valeur à partir de la mi-2014. Les prix ont connu ces derniers mois, une remontée et évoluent au-dessus de 50 dollars le baril. «Je pense que ces 24 pays prendront une décision qui sera dans le meilleur intérêt non seulement des producteurs mais aussi des consommateurs et de l’industrie mondiale en général» a-t-il dit et d’ajouter «cette politique avait permis à l’OPEP et à ses partenaires, d’être aux commandes pour influencer les marchés au lieu de réagir aux développements sur ces marchés».
Le baril de light sweet crude (WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), référence américaine du brut, pour livraison en mai, cédé 10 cents à 52,55 dollars dans les échanges électroniques en Asie. Le baril de Brent, référence européenne, pour livraison en juin, est vendu à 55,11 dollars.
En dépit de leurs dissensions internes, les dirigeants de l’Opep avaient finalement réussi à se mettre d’accord mardi 29 novembre de l’année passée, sur un plafond de production pour la première fois depuis 2008. À compter du 1er janvier, le cartel avait diminué sa production de «1,2 million de barils par jour pour porter son plafond à 32,5 millions de barils par jour», soit une baisse de 3,6 % par rapport à octobre. Cet engagement sera reconductible tous les six mois. Cet accord est la preuve de l’urgence pour l’Opep à peser de nouveau sur les cours du baril qui ont perdu plus de 60% depuis leur pic de l’été 2014. Ils étaient même tombés en dessous de 30 dollars en début d’année. Dès le projet d’accord connu, les cours du baril se sont immédiatement envolés de 9%, repassant la barre des 50 dollars.
Durant les derniers jours, les cours du pétrole ont baissé et les investisseurs prenant leurs précautions en l’absence d’actualité déterminante sur les perspectives de réduction de l’offre à travers le monde. Après un trou d’air en mars, sur fond de doutes sur les chances d’une résorption de l’offre, les cours du pétrole ont enregistré un excellent début avril, mais ils marquent le pas depuis quelques séances. Selon les experts du secteur, une telle correction est normale après une bonne performance.