jeudi , 12 décembre 2019

...:
L’utilité d’un débat télévisé

La campagne électorale entame son dernier virage. Les candidats, les électeurs et les observateurs de la scène nationale, ont enclenché leur chronomètre. Le compte à rebours est bel et bien lancé. Mais dans cette campagne précisément, un nouvel élément, mais déterminant, vient donner un nouveau souffle à la campagne qui fera du décompte final avant le jour J, un parcours passionnant pour les candidats et un très intéressant objet de curiosité politique pour les électeurs. Cet élément nouveau est, en fait, un événement inédit dans les annales électorales nationales. Il s’agit bien entendu du débat télévisé entre les cinq candidats, prévu demain à 19 heures sur tous les écrans des médias publics et privés. Cela implique-t-il que l’Algérie est entrée dans le club select des démocraties avancées ?
Ce serait osé de le dire, car, ce n’est pas par un débat qu’on construit une démocratie. Mais cela reste une phase importante dans le long et difficile processus de démocratisation du pays. Ce débat est important pour la simple raison que tous les électeurs algériens, sans distinction, quel que soit leur niveau d’instruction et classes sociales, auront le moyen et l’opportunité de suivre en direct et sans aucune espèce de filtre, les propositions de chaque candidat, dans tous les domaines d’activité. Ce qui se passera demain en soirée, permettra à de très nombreux Algériens de réviser leur opinion sur tel ou tel autre candidat.
C’est un moyen efficace de démentir les multiples fausses informations qui ont circulé sur les cinq candidats. Cela, aura pour effet de crédibiliser le scrutin présidentiel et poser clairement les problèmes politiques, économiques et sociaux du pays. Mais plus encore, le débat, dont la question politique sera certainement largement abordée, donnera l’occasion aux Algériens d’apprendre que la solution préconisée par les anti-présidentielle n’est pas unique. Chaque candidat a sa vision, mais tous convergent sur la nécessité de réformer les institutions politiques du pays, avec l’aide et sous le contrôle des Algériens.
C’est dire que le débat de demain a plusieurs fonctions et peut faire basculer l’opinion nationale en faveur de la participation au vote. Mais cela dépendra aussi et surtout de leur force de conviction. Les Algériens ne demandent pas plus que d’être convaincus. Cela, pour dire que le pays est à la veille d’un tournant décisif et la responsabilité historique est entre les mains de cinq hommes. Sauront-ils relever le défi ?

Par Nabil G