mercredi , 21 novembre 2018
<span style='text-decoration: underline;'>Octroi de visas pour les Algériens  </span>:<br><span style='color:red;'>Macron annonce des mesures d’assouplissement</span>
© Illustration

Octroi de visas pour les Algériens :
Macron annonce des mesures d’assouplissement

Le président français Emmanuel Macron, a annoncé hier, l’application de mesures de facilitation et d’assouplissement concernant l’octroi de visas au profit de certaines catégories professionnelles.

Les mesures de facilitations annoncées par le président français, concerneront les journalistes, les écrivains et les hommes d’affaires algériens.
Emmanuel Macron a indiqué en marge de l’inauguration du projet de Cevital à Charleville-Mézières, Ardennes (nord-est de la France), que les autorités françaises ont instruit les consulats de France en Algérie de faire preuve de flexibilité dans l’étude des demandes de visa introduites par les Algériens.
«Nous avons donné des instructions à l’ambassade de France à Alger, de faciliter l’établissement des visas pour les journalistes, les hommes d’affaires et les écrivains» a-t-il déclaré. Le président français affirme «avoir instruit l’ambassade de France en Algérie de faire en sorte que les demandes émanant des ressortissants algériens soient étudiées avec plus de pragmatisme qu’avant», a-t-il ajouté.
«Nous faisons tout ce qui est possible pour que la circulation (entre les deux pays) soit facilitée et on continuera à travailler dans ce sens avec le gouvernement algérien» a-t-il déclaré.
 Il a affirmé par ailleurs, que les autorités françaises et algériennes se coordonnent dans la lutte contre l’immigration clandestine.
Dans un autre volet, le président français a évoqué une éventuelle visite en Algérie prochainement, précisant qu’il attendait une invitation du président de la République Abdelaziz Bouteflika. «J’attends une invitation du président Bouteflika pour se rendre à nouveau en Algérie» a-t-il indiqué.
Par ailleurs, Emmanuel Macron a expliqué qu’il tenait à maintenir le bon niveau des relations entre l’Algérie et la France. Le durcissement des mesures pour l’obtention des visas avait créé un malaise entre Alger et Paris, si bien que de hauts responsables politiques algériens avaient fait état de leur regret que la France ait décidé de restreindre le nombre de visas pour les Algériens.
L’ambassade de France à Alger, a soutenu de son côté, que «les Algériens continuaient de faire partie des ressortissants qui se sont vu accorder le plus grand nombre de visas comparativement à d’autres nationalités».
Il faut affirmer enfin, que depuis la fin de l’année 2017 et le début de 2018, de nombreux Algériens ayant demandé des visas pour la France, ont reçu des avis défavorables. Rappelons dans ce sillage, qu’en mois d’avril de l’année en cours, le Porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Abdelaziz Benali Chérif, a regretté les propos de l’ambassadeur de France en Algérie Xavier Driencourt, au sujet de l’attribution des visas, tenus à l’occasion de l’inauguration du nouveau centre de réception des demandes de visas à Alger.
«Dans ces déclarations reprises par la presse, au sujet de l’attribution des visas, l’Ambassadeur a, de nouveau, montré une propension à étaler publiquement devant les médias des appréciations inopportunes, peu amènes et donc inacceptables», a souligné M. Benali dans une déclaration à l’APS.
Il a relevé que «les relations algéro-françaises imposent à tous, surtout à ceux qui en ont la charge dans la quotidienneté, un devoir de responsabilité et une obligation d’objectivité qui n’autorisent ni des commentaires déplacés ni des déclarations se situant en porte à faux avec la volonté clairement affirmée des plus hauts responsables des deux pays».
«Ces derniers, rappelle-t-on, soulignent avec constance la nécessité d’œuvrer à la promotion continue des liens d’amitié et de coopération entre les deux pays dans une atmosphère de sérénité et à l’abri de tout battage médiatique» a-t-il conclu.
Alger: Samir Hamiche