dimanche , 24 septembre 2017
<span style='text-decoration: underline;'>L’Algérie a pris les dispositions nécessaires</span>:<br><span style='color:red;'>Mise en garde de l’OMS sur la menace du choléra sur les pèlerins</span>
© D.R

L’Algérie a pris les dispositions nécessaires:
Mise en garde de l’OMS sur la menace du choléra sur les pèlerins

L’Organisation mondiale de la santé (OMS), a mis en garde durant le début de la semaine en cours quant aux risques de propagation du choléra et d’autres maladies contagieuses lors du prochain pèlerinage à cause de la guerre au Yémen. 

Pour faire face à ces risques sur la santé des pèlerins algériens, les autorités concernées, à savoir les ministères de la Santé et des Affaires religieuses, ont pris les dispositions et les démarches nécessaires en procédant notamment à lancer des campagnes de vaccination au profit des futurs hadjis.
Dans sa mise en garde, l’OMS a affirmé dans un communiqué, que «l’épidémie de choléra qui sévit au Yémen, pourrait se propager lors du pèlerinage à la Mecque en Arabie saoudite, qui se déroule en septembre, a annoncé vendredi l’Organisation mondiale de la santé (OMS)» a affirmé l’organisation mondiale. Et d’ajouter: «Le pèlerinage à la Mecque réunit chaque année entre deux et quatre millions de musulmans, dont près de deux millions d’étrangers. Cela augmente les risques de propagation de maladies telles que la dengue, la fièvre jaune, le virus Zika, la méningite et le choléra a estimé l’OMS». De leur côté, les autorités algériennes avaient lancé des opérations de vaccination au profit des hadjis algériens pour affronter les risques des épidémies.
En effet, lors de ces campagnes de vaccination, outre la visite médicale et la vaccination, un travail d’information et de sensibilisation sur la conduite à tenir pour préserver sa santé et éviter les maladies pendant la période du hadj, sera assuré par des spécialistes et des médecins mobilisés pour la circonstance.
Des projections vidéo sur les Lieux Saints de la Mecque ainsi que le rite de pèlerinage dans ses différentes étapes, sont programmés à l’occasion de cette campagne de vaccination au profit des futurs hadjis.
Lors de la campagne menée ces derniers jours à Tizi-Ouzou, le Docteur Azeddine Astouti, a affirmé que «Tous les moyens humains et matériels sont mobilisés par la DSP pour assurer le bon déroulement de l’opération de vaccination qui sera précédée par une visite médicale» prévue également au niveau de la même structure de santé a-t-il indiqué.
Avant de recevoir le vaccin, les concernés passeront devant une commission médicale composée d’un psychiatre et deux médecins généralistes qui se prononceront, à l’issue de la visite, sur l’aptitude physique et mentale du postulant à effectuer les rites du Hadj, a-t-il expliqué.
Une fois le rapport médical établi, un carnet de santé comportant tous les renseignements nécessaires sur la santé du patient, est rempli par les encadreurs de l’opération, suite à quoi, il subira les vaccins prévus a-t-il affirmé.

Alger: Samir Hamiche