dimanche , 21 juillet 2019
<span style='text-decoration: underline;'>Conseil national scientifique des imams </span>:<br><span style='color:red;'>Mohamed Aïssa veut lutter contre l’extrémisme</span>

Conseil national scientifique des imams :
Mohamed Aïssa veut lutter contre l’extrémisme

Le Ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Mohammed Aissa, a présidé hier à Alger la réunion du conseil national scientifique des imams.

Prenant la parole lors de cet événement, le Ministre a lancé un appel en direction des imams, les invitant ainsi à préserver le référent religieux et la diffusion des préceptes d’un islam modéré. Mohammed Aissa a soulevé plusieurs sujets d’actualité relevant de son secteur. Il a mis l’accent sur le discours modéré et du juste milieu. D’ailleurs, il dira que les algériens tiennent toujours aux principes d’un Islam modéré et rejettent toutes sortes d’extrémisme religieux. Pour le Ministre, le problème fondamental réside dans les pratiques religieuses et non pas dans les textes sacrés. « Ainsi, dira-t-il, il est nécessaire d’armer intellectuellement les imams afin d’ébranler les fondements idéologiques de la propagande terroriste et les discours et idées déviants, étrangers à notre société ».
Le Ministre a, en outre, appelé les imams présents à «sensibiliser davantage les nouvelles générations sur la nécessité de s’attacher à la voie médiane suivie par l’islam algérien, et rejeter les idées et courants religieux étrangers qui viennent semer la fitna dans le pays en provoquant la haine et la division dans les rangs du peuple algérien.». Il a soulevé aussi le wahabbisme et ses déclinaisons ainsi que d’autres courants qui sèment les germes de la fitna et qui favorisent la haine et la violence. L’autre point important soulevé par le Ministre, c’est de faire attention aux prêches qui circulent sur les réseaux sociaux. « Nous ne pouvons pas lutter ou mettre un terme à cette pensée qui prêche la radicalisation et l’extrémisme religieux sur la Toile. Mais nous avons ordonné à nos imams d’ouvrir des comptes sur facebook et autres réseaux sociaux pour lutter et combattre le salafisme et de passer à l’étape de l’action et non pas se confiner dans la réaction», souligne le Ministre. Par ailleurs, le Ministre a rappelé que le fonctionnement des mosquées est régi par la loi qui empêche toute instrumentalisation des minbars à des fins de propagande électorale, rejetant ainsi, les accusations de différentes parties sur l’usage de la politique dans les mosquées. « C’est ce qui assure la neutralité des imams et le respect des lois de la République, estime le Ministre qui rappelle les différents rôles que jouent les mosquées pour le bien être des personnes et des sociétés.
Alger: Noreddine Oumessaoud