dimanche , 16 juin 2019
<span style='text-decoration: underline;'>El-Oued</span>:<br><span style='color:red;'>Mort suspecte d’ovins dans les régions frontalières</span>

El-Oued:
Mort suspecte d’ovins dans les régions frontalières

Plusieurs cas de mort de bétail sont signalés en zones frontalières dans la wilaya d’El-Oued, du fait de maladie différemment expliquée par les éleveurs et les services agricoles, a-t-on constaté.

Rencontrés par l’APS, des éleveurs installés dans les zones pastorales de la bande frontalière, notamment des communes de Taleb-Larbi et de Benguecha, lieux de concentration et de transhumance d’une grande partie du cheptel, ont imputé ces cas à la fièvre aphteuse, se basant sur des conclusions de vétérinaires (privés). Ils ont indiqué qu’en dépit de la vaccination de leur cheptel lors des campagnes de lutte contre la peste des petits ruminants (PPR) menées par l’inspection vétérinaire, des cas mortels de morts d’ovins ont relevés dernièrement, durant le mois de mars courant. H. Abdelkader, éleveur dans la zone pastorale de Douilet, commune frontalière de Benguecha, a fait état de la perte de plus de 70 têtes ovines, qu’il a signalé à l’inspection vétérinaire. Un autre éleveur, H. Djelloul, dans la zone d’El-Mekhalie, commune de Taleb-Larbi, a fait part de la mort de 15 ovins, bien que son cheptel ait été, a-t-il dit, vacciné par l’inspection vétérinaire contre la PPR. La direction des services agricoles (DSA) a affirmé, de son côté, qu’une équipe composée de 70 vétérinaires a mené une campagne d’envergure de vaccination contre la PPR ayant ciblé tous les troupeaux, à la faveur de la mobilisation de 80.000 doses de vaccin pour mener à bien cette opération lancée au début de févier dernier. Réfutant les allégations d’existence de cas de fièvre aphteuse, les mêmes services ont indiqué que de nombreux éleveurs ne se conforment pas à la campagne de vaccination contre la PPR et s’abstiennent de se soumettre aux procédures de déclaration et de recensement de leurs cheptels. Ce qui, par conséquent, les prive de pareilles opérations de vaccination pour la protection de la richesse animale, a-t-on expliqué. Plus de 6.213 ovins avaient été vaccinés depuis janvier dernier dans le cadre de la campagne contre la fièvre aphteuse, menée à titre préventif pour circonscrire d’éventuels foyers de la zoonose et l’isolement des bêtes malades ou suspectées, a affirmé, l’inspecteur vétérinaire Mohamed Laid Tidjani. Cette mesure préventive a permis de circonscrire les foyers de cette épidémie à travers les zones pastorales des communes frontalières, lieux de concentration de plus des deux tiers du cheptel de la wilaya.