vendredi , 6 décembre 2019
<span style='text-decoration: underline;'>Le président de la République l’a opéré ce jeudi</span>:<br><span style='color:red;'>Mouvement partiel dans le corps de la magistrature</span>
© D.R

Le président de la République l’a opéré ce jeudi:
Mouvement partiel dans le corps de la magistrature

La fonction président de tribunal administratif a vu la promotion de nombreuses femmes. Pour les observateurs, cette promotion de présidents de tribunaux administratifs donnera certainement des procureurs généraux dans un futur proche, peut être au prochain mouvement dans le corps de la magistrature.

Un mouvement partiel dans le corps de la magistrature a été opéré jeudi dernier par le président de la République. Décidé en conformité avec l’article 92 de la Constitution et de l’article 49 de la loi organique portant statut de la magistrature, ledit mouvement a concerné l’ensemble des services de l’institution judiciaire. En effet, la décision présidentielle a concerné des présidents de Cours, des procureurs généraux, des présidents des tribunaux administratifs et des commissaires d’Etat. Le caractère certes, très limité des changements, est quelque peu contrasté par sa «verticalité», puisqu’il a touché une bonne partie des professions liées à la magistrature. On retiendra dans ce mouvement, que 11 présidents de Cours, 14 procureurs généraux, 11 résidents de tribunaux administratifs et 7 Commissaires d’Etat, ont été nommés. Dans le lot, il y a lieu de souligner de nombreuses promotions qui font que des Vice-présidents de cours, des procureurs généraux ou encore des commissaires d’Etat, se retrouvent au terme de ce mouvement à la tête de cours de justice. C’est d’ailleurs le cas de Berriah Kheira, commissaire d’Etat près le tribunal administratif de Mostaganem, promue présidente de la Cour de Relizane.
Dans le corps des procureurs généraux, la même logique a été respectée. On enregistre de nombreuses promotions de procureurs adjoints à procureurs généraux, avec toute fois l’absence totale de femme dans le présent mouvement. Ce qui n’est manifestement pas le cas pour la fonction de président de tribunal administratif qui a vu la promotion de nombreuses femmes. Pour les observateurs, cette promotion de présidents de tribunaux administratifs donnera certainement des procureurs généraux dans un futur proche, peut être au prochain mouvement dans le corps de la magistrature. Même si ce dernier est déjà substantiellement féminisé, il reste qu’il gagnerait à ce que l’élément féminin se renforce aux plus hauts postes de décision. Cette démarche est assumée par les plus hautes autorités de la République.
Pour ce qui concerne le poste de commissaire d’Etat, il a été procédé à quelques permutations, en sus de promotion à ce poste, assez sensible, faut-il le souligner, dans la hiérarchie de la magistrature.
Il y a lieu de préciser que ce mouvement est le premier effectué sous le gouvernement de Abdelmadjid Tebboune. Celui-ci, a annoncé, rappelons-le, un mouvement dans le corps des walis. Le Premier ministre n’a pas précisé l’ampleur des changements à la tête des wilayas, mais l’on croit savoir que l’objectif du gouvernement est d’entamer la nouvelle rentrée sociale avec un effectif rénové au plan local, cela, après les sérieux changements opérés dans le gouvernement. Aucune information n’a filtré sur les identités des nouveaux walis, mais les observateurs s’attendent à deux critères, un début de féminisation du corps des walis et un sérieux rajeunissement.

Alger: Smaïl Daoudi

 

Communiqué de la présidence

Premièrement
Au titre des présidents de Cours: 1. Maarouf Tayeb, président de chambre et vice-président de la Cour de Mascara, en qualité de président de la Cour d’Adrar, 2. Mansouri Fethi, vice-président de la Cour d’Ouargla, en qualité de président de la Cour d’Oum El Bouaghi, 3. Saber Naceurdine, conseiller à la Cour suprême, en qualité de président de la Cour de Batna, 4. Haddoud Mohamed, président de la Cour de Sétif, en qualité de président de la Cour de Tizi Ouzou, 5. Daoud Zoubeida, présidente de chambre à la Cour de Bouira, en qualité de présidente de la Cour de Sétif, 6. Sahraoui Azzeddine, président de la Cour de Boumerdès, en qualité de président de la cour de Mostaganem, 7. Azzioune Mahmoud, vice-président de la Cour de Batna, en qualité de président de la cour de M’sila, 8. Abdelli Mohamed, procureur général près la cour de Constantine, en qualité de président de la cour de Boumerdès, 9. Rahmani Benbrahim, président de chambre à la Cour de Skikda, en qualité de président de la cour de Mila, 10. Fahim Mohammed, président de chambre et vice-président de la Cour d’Adrar, en qualité de président de la Cour de Ghardaïa, 11. Berriah Kheira, commissaire d’Etat près le tribunal administratif de Mostaganem, en qualité de présidente de la Cour de Relizane.

Deuxièmement
Au titre des procureurs généraux: 1. Djouadi Abdnasser, premier procureur général adjoint près la Cour de Tlemcen, en qualité de procureur général près la cour de Laghouat, 2. Lekehal Fodil, procureur général près la cour de Khenchela, en qualité de procureur général près la cour de Batna, 3. Sbahi Mohammed El Amine, premier procureur général adjoint près la cour de Tiaret, en qualité de procureur général près la cour de Béchar, 4. Bensouna Omar, procureur de la République près de tribunal d’Oran, en qualité de procureur général près la cour de Tamanrasset, 5. Lanasri Rachid, premier procureur général adjoint près la cour de Médéa, en qualité de procureur général près de la cour de Djelfa, 6. Boudjemaâ Lotfi, procureur de la République près de tribunal de Constantine, en qualité de procureur général près la cour de Jijel, 7. Nahnouh Miloud, avocat général près la cour suprême, en qualité de procureur général près la cour d’Annaba, 8. Benabdallah Mohamed Benlakhder, procureur général près la cour de Djelfa, en qualité de procureur général près la cour de Constantine, 9. Guenaoui Omar, procureur général près la cour d’El Tarf, en qualité de procureur général près la cour de M’sila, 10. Saouli Salim, procureur de la République près de tribunal de Chlef, en qualité de procureur général près la cour d’Ouargla. 11. Mostefai Abdelkader, procureur général près la cour de Béchar, en qualité de procureur général près la cour d’Oran, 12. Rahim Ahmed, procureur général près la cour d’Annaba, en qualité de procureur général près la cour d’El Tarf, 13. Ouled Meriem Amel Eddine, premier procureur général adjoint près la cour de Guelma, en qualité de procureur général près la cour de Khenchela, 14. Kherrabi Brahim, procureur général près la cour de Batna, en qualité de procureur général près la cour de Tipaza.

Troisièmement
Au titre des présidents des tribunaux administratifs: 1. Boukraa Youcef, Conseiller au tribunal administratif de Laghouat, en qualité de président du tribunal administratif d’Oum El Bouaghi, 2. Ettaani Mohamed, président de chambre au tribunal administratif d’Alger, en qualité de président du tribunal administratif d’Alger, 3. Taguia Ali, conseiller à la cour d’El Tarf, en qualité de président du tribunal administratif d’Annaba, 4. Khemkhoum Youcef, président de chambre au tribunal administratif de Constantine, en qualité de président du tribunal administratif de Constantine. 5. Benhadj Tahar Malika, conseiller au tribunal administratif de Chlef, en qualité de présidente du tribunal administratif de Mascara, 6. Benkhacher Nadjia, présidente de chambre à la cour de Bordj Bou Arréridj, en qualité de présidente du tribunal administratif de Bordj Bou Arréridj, 7. Hamma Rabie, conseiller au tribunal administratif d’El Oued, en qualité de président du tribunal administratif de Khenchela, 8. Mahcer Assia, présidente de chambre à la cour d’Alger, en qualité de présidente du tribunal administratif de Tipaza, 9. Moulay Ali, président de chambre au tribunal administratif de Chlef, en qualité de président du tribunal administratif d’Aïn Defla, 10. Hanifi El Hachemi Amar Malika, présidente de chambre à la cour d’Aïn Témouchent, en qualité de présidente du tribunal administratif d’Aïn Témouchent, 11. Habib Ahmed, vice-président de la cour de Mostaganem, en qualité de président du tribunal administratif de Relizane.

Quatrièmement
Au titre des commissaires d’Etat: 1. Doua Fatima Zohra, commissaire d’Etat près le tribunal administratif de M’sila, en qualité de commissaire d’Etat près le tribunal administratif de Djelfa, 2. Ziani Abddellah, juge d’application des peines près la cour de Mostaganem, en qualité de commissaire d’Etat près le tribunal administratif de Mostaganem, 3. Chelbi Moncef, président de chambre à la cour de Boumerdès, en qualité de commissaire d’Etat près le tribunal administratif de M’sila, 4. Kadri Toufik, conseiller au tribunal administratif de Jijel, en qualité de commissaire d’Etat près le tribunal administratif de Khenchela, 5. Benkharchi Amar, président de chambre à la cour d’Alger, en qualité de commissaire d’Etat près le tribunal administratif de Tipaza, 6. Bendjelloul Samir, conseiller à la cour d’Aïn Témouchent, en qualité de commissaire d’Etat près le tribunal administratif d’Aïn Defla, 7. Ansseur Mostafa, président de chambre à la cour de Sidi Bel Abbès, en qualité de commissaire d’Etat près le tribunal administratif d’Aïn Témouchent».