lundi , 17 décembre 2018
<span style='text-decoration: underline;'>TISSEMSILT </span>:<br><span style='color:red;'>Nécessité d’impliquer les structures des jeunes dans la prévention contre la violence</span>
© D.R

TISSEMSILT :
Nécessité d’impliquer les structures des jeunes dans la prévention contre la violence

La nécessité d’impliquer les structures des  jeunes dans la prévention contre la violence a été largement soulignée  mardi à Tissemsilt.  Lors d’une conférence sur la violence, l’universitaire de Tiaret et  chercheur en psychologie sociale, Dr Mohamed Akel a mis l’accent sur le  rôle qui devraient jouer les structures des jeunes dans la prévention  contre la violence à travers des ateliers d’arts, des activités  récréatives, scientifiques et sportives.
Le conférencier a cité, dans ce sens, les maisons de jeunes, les complexes  sportifs de proximité, les salles polyvalentes, les auberges, insistant sur  les activités, les initiatives et la sensibilisation contre ce phénomène. Il a souligné que ces établissements doivent s’adapter à la réalité du  jeune qui vit dans un monde virtuel à travers les réseaux sociaux,  proposant d’adopter des actions de sensibilisation dans ce sens. Selon M. Akel, la violence en milieu des jeunes est provoquée notamment,  par des facteurs sociaux, dont le chômage et le manque d’activités sociales  en raison de la rareté des organisations.
Initiée par la maison de jeunes Boulis Ameur de Tissemsilt dans le cadre  de la journée mondiale de la non violence, cette conférence a ciblé des  adhérents de structures juvéniles et des représentants d’associations.