jeudi , 23 janvier 2020

...:
Nos étés de l’Indépendance

Les Algériens ont dignement fêté le 55ème anniversaire de l’Indépendance du pays. Ils l’ont fait chacun à sa manière. Ce qui compte c’est que tout le monde sache que l’été 62 a ouvert la voie à 55 autres étés sous la bannière de l’Algérie libre. Il eut des étés difficiles durant la décennie noire. Mais, ces années sont derrière nous et cet été 2017 s’annonce déjà radieux. Il y a lieu de relever en effet, que nous entrons dans la bonne phase de l’été, celle où il n’y a pas de gosse à aller chercher à l’école, ni des interminables bouchons sur la route du bureau. Il est vrai aussi, que nous entrons dans la période où il est conseillé d’avoir la clim. Mais ce n’est pas si grave, finalement. L’heure est à la détente. Ce n’est donc pas la peine d’en faire trop ni d’en dire autant sur ce qui attend ceux qui ont décidé de prendre leur congé à la deuxième moitié de la saison estivale.
Et puis quoi qu’on dise, l’été c’est franchement la meilleure saison qui soit. Ces longues journées vous donnent la possibilité d’envisager de vrais programmes de récréation après le boulot. Encore faut-il savoir où les passer ces périodes-là, diraient les moins optimistes. Mais on s’est entendu que dans cet espace, pour que «ça change», nous avons décidé de toujours voir le bon côté des choses. Et dites-vous bien que ça existe, ce bon côté. Il suffit de prendre son courage à deux et aller voir les bons coins pas très loin de chez-soi.
Pour sûr que vous serez les premiers étonnés de constater qu’à quelques kilomètres de chez-vous, il existe des endroits formidables. Et franchement, ce ne sont pas des paroles en l’air. Dans les alentours de la quasi-totalité des villes algériennes, il est des sites magnifiques à visiter absolument. Que l’on vive à Khenchela, Mostaganem, Bejaïa ou Bechar, la nature a fait en sorte de réserver partout des paysages paradisiaques qui ne demandent qu’à servir les êtres humains que nous sommes.
Maintenant, diriez-vous, c’est bien beau d’en parler, mais encore faut-il les dénicher ces coins de paradis qui déstressent d’une journée fatigante, entre dix sept et vingt deux heures. Sans rire, vous pouvez vous brancher sur le JT de la télévision nationale pour commencer. Il y a régulièrement de petits reportages sur de pareils endroits prisés par les familles. Il y a aussi Internet, les réseaux sociaux. Informez-vous ! Vous y gagnerez des instants de pur bonheur gratuitement. Tout cela pour dire que l’Indépendance a un goût irremplaçable.

Par Smaïl Daoudi