samedi , 24 août 2019
<span style='text-decoration: underline;'>La pression s’accentue sur le SG de la centrale syndicale</span>:<br><span style='color:red;'>Nouveau rassemblement pour réclamer le départ de Sidi Saïd</span>

La pression s’accentue sur le SG de la centrale syndicale:
Nouveau rassemblement pour réclamer le départ de Sidi Saïd

Faisant face à une contestation sans précédent, engagée dans le cadre du mouvement populaire, le Secrétaire général de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA), Abdelmadjid Sidi Saïd, résiste et s’accroche encore à son poste.

D’ aucuns n’ont trouvé d’explications quant à la solidité et la force ayant permis à Abdelmadjid Sidi Saïd d’éviter la destitution et de rester à son poste à la tête de la centrale syndicale, alors que des grosses têtes sont tombées grâce à la mobilisation citoyenne.
Hier encore et pour l’énième fois, Abdelmadjid Sidi Saïd est ciblé par une grogne des travailleurs et des syndicalistes qui réitèrent leur principale revendication, à savoir: son départ à la tête de la «Maison du peuple».
Le rassemblement d’hier a drainé des centaines de syndicalistes et de travailleurs, issus de diverses entreprises publiques, venus de plusieurs wilayas du pays pour réclamer le départ de Abdelmadjid Sidi Saïd, à la tête de l’UGTA. Les manifestants se sont mobilisés depuis plusieurs heures devant le siège de la Centrale syndicale, sis au niveau de la rue Aissat Idir à Alger.
Comme à l’accoutumée, les syndicalistes et les travailleurs ont scandé des slogans hostiles à Abdelmadjid Sidi Saïd et affiché des banderoles appelant au départ de ce dernier dont le règne dépasse 20 ans.
«Oui pour une UGTA des travailleurs», «Sidi Saïd ne nous représente pas», ou encore «Respect de la volonté populaire», peut-on lire sur plusieurs banderoles brandies par les manifestants.
Un des syndicalistes présent, réclame la restitution de l’UGTA et la rendre aux travailleurs. «Nous voulons récupérer l’UGTA et la mettre au service des travailleurs, en la remettant sur la voie tracée par feus Aïssat Idir et Abdelhak Benhamouda». Le syndicaliste regrette le fait que depuis l’arrivée de Sidi Saïd à la tête de l’UGTA, la centrale syndicale est au service du patronat.
Les travailleurs et les syndications n’ont pas comme exigence que le départ de Abdelmadjid Sidi Saïd, ils revendiquent aussi la suppression de l’Impôt sur le revenu global (IRG), notamment pour les retraités.
Pour ce qui est de l’encadrement du rassemblement de protestation, les forces de l’ordre n’ont pas empêché la tenue du rassemblement de protestation qui intervient, rappelons-le, quelques jours après l’annonce par Sidi Saïd d’avancer la date de la tenue du 13e congrès de l’UGTA (le mandat actuel devait initialement prendre fin le 10 janvier 2020) et de sa décision de ne pas se présenter pour un nouveau mandat.
Le Secrétaire général de la Centrale syndicale avait affirmé qu’il ne présentera pas sa candidature pour la présidence de l’UGTA, lors du 13e congrès qui se tiendra avant sa date prévue.
L’annonce de ce renoncement a été faite le 11 avril dernier à Oran par Sidi Saïd, lors d’une réunion de coordination des membres du comité exécutif national de l’UGTA, où il a affirmé qu’il n’avait aucune intention de se représenter pour un nouveau mandat.
Abdelmadjid Sidi Saïd avait également annoncé à la même occasion, la mise en place d’une commission nationale de préparation de ce congrès sera créée et tiendra le 27 avril courant, une réunion pour mettre les mécanismes et les mesures préparatifs du congrès ainsi que la date de sa tenue.
Alger: Samir Hamiche