jeudi , 19 octobre 2017
<span style='text-decoration: underline;'>Santé Sidi El-Houari</span>:<br><span style='color:red;'>Nouvelle session de formation gratuite à l’audiovisuel</span>
© D.R

Santé Sidi El-Houari:
Nouvelle session de formation gratuite à l’audiovisuel

Une nouvelle session de formation dans le domaine de l’audiovisuel a débuté dimanche à Oran, dispensée gratuitement au profit d’une vingtaine de jeunes, a indiqué l’association socio-culturelle locale «Santé Sidi El-Houari» (SDH).

Il s’agit de la 2ème session organisée gratuitement dans le cadre du programme «Ibda3Com» portant renforcement de l’employabilité des jeunes, a précisé à l’APS la chargée de communication de «SDH», Assia Brahimi. Ce nouveau stage a pour consistance une semaine d’activités dédiées à deux segments de l’audiovisuel, à savoir «l’infographie et design» et «les médias et réseaux sociaux», a-t-elle expliqué. La précédente édition, tenue en juin dernier, avait été consacrée à d’autres créneaux tels que la prise de vues, l’éclairage, la prise de son et le montage. Des formations similaires sont également animées au profit des jeunes d’autres wilayas du pays au titre du même programme qui a déjà permis l’organisation d’une caravane en juillet dernier à Alger, tandis qu’une autre est prévue prochainement à Annaba. Le programme «Ibda3Com» a été élaboré par «SDH» avec le soutien de l’ambassade des Etats-Unis à Alger au titre de l’Initiative de partenariat avec le Moyen-Orient (MEPI), rappelle-t-on. L’objectif essentiel ciblé est de «faciliter l’insertion des jeunes et de promouvoir l’exercice de la citoyenneté à travers l’expression artistique par les métiers de l’audiovisuel», a-t-on souligné. L’association «SDH» qui est implantée au coeur du quartier populaire et historique de «Sidi El-Houari» figure parmi les acteurs sociaux les plus actifs à Oran dans le domaine de la formation/insertion des jeunes. Son siège abrite une école-chantier qui forme chaque année des dizaines de jeunes déscolarisés aux métiers traditionnels de la construction et de la restauration du patrimoine. Plus de 500 diplômés issus de cet établissement agréé par l’Etat ont pu être insérés dans des entreprises de restauration d’immeubles anciens, tandis que d’autres ont monté leur propre projet professionnel.