samedi , 21 septembre 2019

...:
Objectif final : l’émergence

A l’heure du débat électoral et de la promesse d’une Conférence nationale inclusive, il est utile de rappeler que cette étape de la vie du pays n’est pas une fin en soi, ni la fin d’un quelconque parcours. L’Algérie a déjà vécu des moments forts, douloureux, parfois, mais elle a toujours su dépasser les entraves pour se construire pas à pas. A ce propos, il est des signes, certes banals, mais qui participent au façonnement de l’idée que l’on se fait du développement de son propre pays. Sur la longue liste de ces signes-là, dont regorge l’Algérie du troisième millénaire, on peut citer l’autoroute Est-Ouest, le grand barrage de Beni Haroune, le métro d’Alger et les tramways qui circulent dans de nombreuses villes du pays. Ce sont là, autant de réalisations qui ont un impact direct sur la vie de plusieurs millions d’Algériens.
Comme le Beni Haroune à M’Sila, le transfert d’eau entre Ain-Salah et Tamanrasset, les grands projets ne profitent certes pas à tous les Algériens, mais chacun d’entre nous en tire une fierté. On aurait été encore plus heureux si l’ingénierie et la conception étaient algériennes. Mais il est clair que pareilles perspectives ne sauraient tarder. Pour preuve, les rames de tramways sortent d’une usine algérienne, à Annaba. On a donc été un peu plus fier de voir le tram de Sidi Bel Abbès, Ouargla et Sétif. Notre fierté sera sans doute plus visible lorsque nous conduirons nos véhicules intégrés à plus de 40%. Cela se produira dans une dizaine d’années. Dans le même laps de temps, nous verrons le lancement d’un satellite de communication qui sera fabriqué en Algérie. Cela aussi est un grand motif de fierté.
En allant travailler ou tout simplement chercher du travail, ou encore, faire son marché en pestant contre la mercuriale en folie, l’Algérien ne pense pas forcément à tous ces petits signes qui, comme un puzzle qui se construit doucement et sûrement, feront, à terme, l’image d’un pays prospère, moderne et ouvert sur le monde.
Il est vrai que le chemin qui reste à parcourir pour parvenir à ce résultat, est encore très long. Mais il est clair, dans le même temps, que l’Algérie est en marche. Nous parviendrons, certainement, à notre objectif commun, celui du million et demi de martyrs, dont nous commémorons demain leur combat pour l’indépendance du pays. Un combat qui a abouti à la force de bras algériens à un pays stable, une société herbeuse et un avenir serein.
Cela peut paraître pompeux, voir populiste de dire ce genre de choses, mais lorsqu’on a connu les malheurs qu’a traversé notre peuple, l’on peut considérer qu’une élection présidentielle doit impérativement constituer une autre occasion pour nous rapprocher de l’objectif finale : l’émergence.

Par Nabil.G