dimanche , 15 décembre 2019

...:
Officines hostiles

Les officines hostiles à l’Algérie n’en ratent pas une pour tenter de donner à l’Algérie l’image d’un pays hors circuit et totalement déconnecté des réalités régionales et internationales. Le «printemps arabe» et les développements qu’il a suscité dans les pays mêmes où il s’est manifesté et au Mali ensuite, a constitué la matière brute rêvée pour ces officines. Ainsi, après avoir patiemment attendu l’explosion de l’Algérie, ils se sont mis à y voir un pays trop renfermé sur lui-même pour prétendre à une «révolution». Ils ont commencé par dire que le peuple est fatigué, pour finir par insister sur les grosses réserves financières qui, selon leurs dires, ont permis au pouvoir d’acheter la paix sociale.
Le développement de la situation politique dans la région et dans le monde ne leur a pas donné raison. Il a été clairement établi que l’Algérie n’a pas du tout acheté son peuple, que sa position géostratégique lui confère un poids certain, lequel est justement bien exploité par sa diplomatie pour maintenir une stabilité, actuellement enviée par plus d’une société de la région. Qu’on le dise donc, que le mouvement populaire qui s’exprime hebdomadairement depuis plus de 7 mois ne constitue aucunement une menace contre les intérêts du pays et mieux encore, les Algériens sont les premiers à défendre leur paix sociale et refroidir toute tentation d’ingérences dans leurs affaires internes.
Mais, apparemment infatigables, ces mêmes officines continuent à distiller leur «venin» médiatico-diplomatique et assurer à qui veut les entendre et surtout aux médias algériens que l’Algérie n’a plus aucune influence sur aucun sujet de l’heure au niveau régionale. Ils ont été jusqu’à mandater l’une des leurs pour trouver des « atteintes » aux droits de l’homme, au moment où dans le propre espace européen, leur services de sécurité matraquent les manifestants à tout va. L’objectif de tels propos récurrents est d’amener l’opinion publique nationale à douter du principe de non-ingérence qui fonde la stratégie de la diplomatie de leur pays. Que cette opinion publique sache que ces apprentis sorciers voudraient que l’Algérie ressemble à l’un des satellites occidentaux, à l’image de pays qu’on ne citera pas dans cet espace éditorial, mais que tout le monde connaît. Alors vigilance !
Par Nabil.G