vendredi , 20 septembre 2019
<span style='text-decoration: underline;'>Clôture de la saison estivale</span>:<br><span style='color:red;'>Oran a enregistré 14 noyades</span>
© Illustration

Clôture de la saison estivale:
Oran a enregistré 14 noyades

14 décès. Tel est le bilan macabre enregistré tout le long de la période estivale par la protection civile. Les victimes ont perdu la vie en s’aventurant dans les zones interdites à la baignade dont deux en dehors des horaires de baignade.

Malgré ces drames et autres sauvetages très souvent périlleux, la capitale de l’Ouest a continué d’attirer des touristes et des estivants venus des quatre coins du pays mais aussi de l’étranger. Autrement dit, les plages d’Oran ont été noires de monde tout le long de la saison des grandes chaleurs. Ses plages ont attiré prés de 19 millions estivants.
Ces bilans sont arrêtés et rendus publics par la cellule de communication prés la direction régionale de la protection civile faisant état de la surveillance de 34 plages autorisées à la baignade. Ces éléments n’ont toutefois pas chômé durant la période allant du 1e juin au 31 août. Ils ont effectué plus de 5.000 interventions ayant permis de sauver 1 831 personnes de la noyade. Et ce n’est pas tout. Ils ont évacué 441 personnes vers les centres de santé et hôpitaux et ont prodigué des soins sur place à 2.715 autres estivants.
Les plages de la wilaya d’Oran s’étendent de la Grande plage de Mers El Hadjadj à l’Est jusqu’à Madagh dans la commune d’El Kerma à l’Ouest. Le nettoiement lambda est le maillon fort constaté cette année. La saison estivale 2019 à Oran a été renforcée par des mesures d’hygiène, de propreté a déclaré le wali, Mouloud Cherifi. En plus du dispositif classique du tri sélectif des déchets ménagers au niveau des plages ouvertes à la baignade, pour lequel ont été mobilisés 300 agents de nettoiement pris en charge notamment par les EPIC Propreté d’Oran, Oran-vert et le centre d’enfouissement technique, des opérateurs privés ont été intégrés en soutien à ce dispositif au niveau de certaines plages, a indiqué le chef de l’exécutif de la wilaya, soulignant que «l’environnement des plages, sa prise en charge surtout, a été pratiquement ignoré». «Le nouveau dispositif a permis l’ouverture de deux nouvelles plages, celles d’El Mactaa Mers El Hadjadj et de la ville d’Oran, Les genêts», a-t-il fait savoir, estimant que «l’expérience acquise ces dernières années par les cadres des secteurs du tourisme et de l’artisanat, de la jeunesse et des sports contribuera à apporter une touche professionnelle pour une meilleure saison estivale, de même que la contribution des élus locaux et des cadres communaux».
Au passage, il a évoqué d’autres dispositifs ayant visé à l’amélioration d’accueil dont notamment les structures d’hébergement supplémentaires et le prix des parkings n’excédant pas 100 DA. La directrice de l’environnement de la wilaya, Samira Daho a indiqué que «dans le cadre de la stratégie de la gestion intégrée des déchets ménagers et assimilés, une trentaine de bacs d’une capacité de 770 litres chacun ont été fournis, dans un premier temps à l’EPIC propreté d’Oran, pour renforcer l’hygiène et la propreté au niveau des plages de la Corniche oranaise notamment au niveau de Bomo plage et au complexe Les Andalouses».
Dans ce sillage, elle a annoncé que «50 bacs de même capacité sont prévus pour la corniche-Est». «En plus de la mobilisation de 300 agents pour faire la collecte du plastique, il a été fait appel dans le cadre de la valorisation des déchets collectés à travers le tri sélectif en amont à des opérateurs privés qui ont applaudi la mesure, a-t-on fait savoir. La nouveauté de l’édition 2019 est dans le renforcement de l’éclairage publique sur l’axe routier Mers El Kebir-Aïn El Türck, ainsi que l’aménagement et réhabilitation des accès au niveau des plages et la réhabilitation de structures administratives de la police, de la gendarmerie nationale et de la protection civile au niveau des communes côtières », a-t-on appris auprès des sources proches de la direction du tourisme.
Et l’argent ou encore le nerf de la guerre n’a pas manqué. En ce sens, une enveloppe de 175 millions de DA a été allouée pour ces opérations, en dehors des 35 millions de DA destinés à éradiquer les points noirs au niveau des plages de Saint Rock et d’El Ançor, a-t-on fait savoir.

Mohamed Aissaoui