mercredi , 19 février 2020
<span style='text-decoration: underline;'>ALORS QUE LES PEINES ALLAIENT DE L’ACQUITTEMENT À LA PRISON FERME</span>:<br><span style='color:red;'>Ouyahia et Sellal condamnés respectivement à 15 et 12 ans de prison ferme</span>

ALORS QUE LES PEINES ALLAIENT DE L’ACQUITTEMENT À LA PRISON FERME:
Ouyahia et Sellal condamnés respectivement à 15 et 12 ans de prison ferme

Le juge du Tribunal de Sidi M’Hamed, a prononcé hier le verdict à l’encontre de plusieurs anciens ministres et hommes d’affaires impliqués dans le dossier de montage automobile et financement occulte de la campagne électorale de l’exprésident Abdelaziz Bouteflika.

Après quatre jours qu’a duré le procès, le juge a prononcé des sentences de prison ferme allant jusqu’à 20 ans de prison ferme. En plus des peines de prison, des décisions d’acquittement ont été prononcées par le juge du Tribunal de Sidi M’Hamed. Ainsi, c’est l’ancien ministre de l’Industrie et des Mines, Abdeslam Bouchouareb qui a écopé de la peine la plus lourde, en plus d’un mandat d’arrêt international, jugé en contumace étant donné que le prévenu se trouve actuellement à l’étranger, en fuite.

De son côté, l’ancien Premier ministre Ahmed Ouyahia, a écopé de la peine de 15 ans de prison ferme. Il est suivi d’un autre ex-Premier ministre Abdelmalek Sellal en l’occurrence, qui a été condamné quant à lui, à 12 ans de prison ferme. Ce dernier, est tenu également de s’acquitter d’une amende de 100 millions de centimes. Il est à signaler, que les deux anciens Premiers ministres ont été poursuivis pour dilapidation de deniers publics, octroi d’indus avantages et abus de fonction dans l’affaire de montage automobile.

Quant à Youcef Yousfi et Mahdjoub Bedda, ayant été tous les deux anciens ministres de l’Industrie, ils ont été condamnés à 10 ans de prison ferme. L’homme d’affaires, PDG du groupe des travaux publics ETRHB et ancien président du FCE, Ali Haddad, a été condamné à 7 ans de prison ferme tout comme l’homme d’affaires Ahmed Mazouz qui a écopé de la même peine. Par ailleurs, l’homme d’affaires Hassan Larbaoui, propriétaire de KIA, a été condamné à 6 ans de prison ferme et la peine de 3 ans de prison ferme a été prononcée contre le Pdg du groupe IVAL, Mohamed Bairi. Quant à l’ex-wali de Boumerdes, Nouria Yamina Zerhouni, elle a été condamnée par le Tribunal de Sidi M’Hamed à 5 ans de prison ferme.

Par ailleurs, le fils de Abdelmalek Sellal, Fares Sellal, condamné à trois ans de prison ferme. La même peine a été prononcée à l’encontre de l’ex-PDG de la Banque nationale d’Algérie (BNA), Aboud Achour. L’ex-sénateur Chayed Hamoud a été condamné à deux ans de prison dont un an avec sursis. La même sentence a été prononcée à l’encontre d’un employé du groupe ETRHB, Malek Hadj Saïd. Enfin, le Tribunal de Sidi M’Hamed a prononcé un acquittement au profit de Abdelghani Zaalane, ancien ministre des Travaux publics et des Transports. Malgré l’acquittement, Zaalane restera en prison puisqu’il est placé sous mandat de dépôt dans l’affaire de l’ex-Directeur général de la Sûreté nationale Abdelghani Hamel.

Il est à rappeler, que le Procureur de la République près le Tribunal de Sidi M’Hamed, avait requis 20 ans de prison à l’encontre des deux anciens Premiers ministres Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal qui écopent tous les deux de 15 ans de prison ferme, assortie d’une amende d’un (1) million de DA. La même peine a été requise contre l’ancien ministre de l’Industrie et des Mines, Abdessalem Bouchouareb qui se trouve à l’étranger, en fuite. Un mandat d’arrêt international a été aussi émis contre lui.

Egalement, le Procureur de la République a requis 15 ans de prison ferme et une amende d’un (1) million de DA à l’encontre des anciens ministres de l’Industrie, Youcef Yousfi et Mahdjoub Bedda. Il a aussi requis une peine de 10 ans de prison ferme et une amende de 1 million de DA contre l’ancien wali de Boumerdes, Yamina Zerhouni et 10 ans de prison ferme assortie d’une amende d’un million de DA contre l’ancien ministre des Travaux publics et des transports, Abdelghani Zaalane.

Par ailleurs, le Procureur de la République a requis une peine de 10 ans de prison ferme assortie d’une amende de trois (3) millions de DA à l’encontre de Ali Haddad, Ferrat Ahmed et Hadj Malek Saïd, ainsi qu’une peine de 10 ans de prison ferme assortie d’une amende d’un (01) million de DA à l’encontre des hommes d’affaires Mohamed Baïri, Maazouz Mohamed, Achour Abboud, Hassan Laarbaoui et Nemroud Abdelkader. Impliqué également dans la même affaire, le fils de Abdelmalek Sellal, Fares, a eu une peine requise à son encontre de 8 ans de prison ferme et 3 millions de dinars d’amende, tout comme les accusés Semai Karim et Semai Mustapha.

Samir Hamiche