jeudi , 16 août 2018
<span style='text-decoration: underline;'>L’EDUCATION NATIONALE RECRUTE</span>:<br><span style='color:red;'>Plus de 740 000 candidats attendus aujourd’hui</span>
Concours de recrutement d'enseignants © APS

L’EDUCATION NATIONALE RECRUTE:
Plus de 740 000 candidats attendus aujourd’hui

Un nouveau concours sera organisé aujourd’hui dans le ministère de l’Education nationale. Il est destiné à pourvoir 8.586 postes pédagogiques et administratifs. Selon le directeur chargé de la formation au département de Nouria Benghabrit, Kamal Hamadou, qui intervenait hier, lors de l’émission, l’Invité de la rédaction de la chaine 3 de la Radio Algérienne, plus de 740.000 prétendants de niveau universitaire.

Le même responsable évoque l’objectif du ministère de l’Education visant à combler 49.000 postes d’enseignants du primaire et 7.000 autres spécialités dans différents domaines. Kamal Hamadou précise que 80% de ces nouvelles recrues, compte tenu des profils pour lesquels ils auront été retenus, bénéficieront de sessions de formation et que ceux retenus pour occuper un poste d’enseignant d’Arabe, de Tamazight ou de Français, suivront une année de formation pédagogique préparatoire. Il indique que ces derniers suivront des cours dispensés au sein des instituts de technologie de l’Education, dont il signale au passage que le ministère n’a, jusqu’à présent pu «récupérer» que 28 sur les 60 existant à l’origine. Il est à rappeler, que durant l’année passée, le ministère de l’Education nationale avait organisé un concours pour le recrutement de 10.000 enseignants et 4.000 administrateurs. D’ailleurs, la ministre du secteur Nouria Benghabrit, avait indiqué, lors de l’annonce du recrutement de 10.000 enseignants en 2017, que l’augmentation du nombre de dossiers pour la retraite anticipée, les autorités ont accordé un sursis de deux ans jusqu’en 2019 pour ceux qui veulent partir en retraite anticipée. Le département de Benghabrit a également annoncé une opération de recrutement de 300 enseignants de tamazight durant cet été, et ce, en pré vision de la prochaine rentrée scolaire (2018-2019). Le secteur de l’Education nationale connaît depuis plusieurs années un déficit en matière d’enseignants et autres personnels du secteur. La ministre actuelle avait déclaré après son arrivée à la tête du ministère, que son secteur avait besoin de «14 000 à 20 000 nouveaux enseignants par an à travers l’ensemble du pays d’ici 2030 et ce, pour combler le manque. Selon les échos recueillis chez le ministère de tutelle d’une part et les syndicats d’autre part, le secteur de l’Education nationale connaît un déficit variant entre 30 000 et 40 000 postes.

Alger: Noreddine Oumessaoud