vendredi , 20 septembre 2019
<span style='text-decoration: underline;'>Rentrée universitaire 2019/2020 </span>:<br><span style='color:red;'>Plus de 83.000 nouvelles places pédagogiques réceptionnées</span>
© D.R

Rentrée universitaire 2019/2020 :
Plus de 83.000 nouvelles places pédagogiques réceptionnées

Le secteur de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique prévoit la réception de 83.400 nouvelles places pédagogiques pour la prochaine rentrée universitaire. Cela portera la capacité d’accueil totale à plus de 1,512 million de places dans tous le réseau universitaire.

Selon le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Tayeb Bouzid qui intervenait jeudi à Alger, lors les travaux de la conférence nationale des universités, «ces capacités pédagogiques devant être pourvues, permettront, théoriquement, d’accueillir près de 1,8 million d’étudiants sur la base du coefficient d’exploitation de 1,2 million pour chaque place effective».
Concernant les capacités d’hébergement et de restauration, le secteur prévoit la réception durant la même période, de «51.370 lits, portant ainsi les capacités d’hébergement à 658.600 lits», a fait savoir le ministre qui a mis l’accent sur l’impératif de les répartir équitablement sur toutes les universités du pays». Pour ce qui est de la réception des projets en prévision de la prochaine rentrée universitaire, le ministre a mis l’accent sur «l’impératif d’activer des cellules de coordination chargées du suivi de la réalisation des structures universitaires au niveau local», rappelant, dans ce sens, que «des mesures conservatoires ont été prises» notamment pour les spécialités pouvant souffrir d’une surcharge, faute du non parachèvement des projets des structures ciblées ou en raison du déficit cumulé.

Plus de 60 000 enseignants et chercheurs pour l’encadrement

Il est nécessaire, en cas de besoin, de prendre «des mesures supplémentaires pour la prolongation de la durée fixée à l’exploitation des structures pédagogiques, et de rationaliser les moyens disponibles, à travers l’utilisation commune des capacités et énergies».
En matière d’encadrement pédagogique, le ministre a estimé l’effectif réel des enseignants et chercheurs en poste à 61.161, tous corps et grades confondus, prévoyant une hausse du nombre global d’enseignants et de chercheurs en début de la prochaine rentrée universitaire qui passera à 62.958, à la fin des opérations de recrutement externe en cours au niveau des établissements de l’enseignement supérieur.
«Le soutien des capacités sectorielles pour garantir un encadrement pédagogique et scientifique de qualité demeure une priorité, imposant une formation en doctorat répondant aux normes internationales, capable de satisfaire la forte demande d’encadrement enregistrée en termes de formation universitaire, de recherche scientifique et d’innovation», a estimé M. Bouzid. Il a insisté, dans ce sens, sur l’impératif de poursuivre la démarche visant à améliorer le niveau des enseignants, notamment à travers la formation des enseignants fraîchement recrutés, en sus de la promotion de la formation des formateurs, à la faveur d’un programme national exceptionnel dont la deuxième phase a été relancée sur de nouvelles bases et de nouvelles conditions, orientée vers un processus de prise de conscience et une approche ciblée.

800 offres de formation en doctorat soumises à la CNH

Concernant la formation en Doctorat, M. Bouzid a indiqué qu’«une session annuelle pour la réception des offres de formation d’accès au troisième cycle a été ouverte en avril 2019. Cette session a été marquée par la numérisation de toutes les opérations liées à l’examen des offres de formation et dossiers de candidature.
Près de 800 offres de formation ont été soumises à la Commission nationale d’habilitation (CNH) pour y trancher, en prélude à la promulgation de l’arrêté ministériel fixant les offres de formation du troisième cycle et les postes pédagogiques ouverts dans les établissements concernés». Pour ce qui est de la formation résidentielle en sciences médicales, il a fait savoir que durant la conférence nationale des recteurs des Facultés de médecine et représentants des secteurs de l’enseignement supérieur et de la santé, le nombre de postes de formation à ouvrir dans le cycle de résidence en sciences médicales, a été fixé selon les facultés et spécialités, précisant que 2582 postes de formation ont été approuvés en vertu d’un arrêté interministériel.
Noreddine Oumessaoud