lundi , 22 juillet 2019

Préparation de la saison estivale…

Une enveloppe de près de 18 milliards de centimes vient d’être accordée aux communes côtières afin de «préparer dans les meilleures conditions, la saison estivale». Selon une source citée par la presse locale, ces crédits permettront aux APC concernées de réaliser une vingtaine d’opérations d’aménagement au niveau des plages situées sur leurs territoires. Les sources précisent que cette enveloppe a été dégagée sur la base de fiches techniques qui ont été élaborées et présentées par les communes. Les aménagements toucheront essentiellement à l’éclairage public, à l’entretien des accès aux plages, au traitement des espaces verts. Commentant cette information, en apparence des plus banales, les «mauvaises langues» réunies autour du thé de la soirée semblaient septiques et désabusées face à ces annonces annuelles inscrites au registre des préparatifs des saisons estivales. «En principe, déclare un enseignant retraité, une APC côtière est censée activer toute l’année pour le développement et la promotion du tourisme balnéaire… Comment peut-on croire qu’à quelques jours seulement de l’arrivée des premiers grands flux de vacanciers, on déclare avoir reçu l’argent, la subvention de l’Etat pour aménager les accès à la plage, réparer l’électricité et entretenir les espaces verts…». Il est vrai que depuis des décennies, les Communes côtières restent plongées dans leur déficits et déséquilibres financiers qui les empêchent, évidement, d’entrevoir une démarche de progrès et de développements digne des objectifs claironnés par le discours officiel et la langue de bois. Chaque année, depuis toujours, d’importants crédits sont affectés aux Communes côtières pour ces opérations récurrentes inscrites au registre des «préparatifs» de la saison estivale. Une saison estivale qui, en réalité, devrait être inscrite dans le programme d’actions courantes et permanentes d’une Mairie soucieuse de préserver et d’entretenir les plages de son littoral et d’assurer le meilleur accueil aux milliers d’estivants attendus chaque été. Même en hiver, les équipements, bancs, toilettes publiques, douches, revêtement des allées, espaces verts,… tout devrait être, en principe suivi, entretenu, contrôlé et gardé par les équipes municipales en charge des activités estivales. Malheureusement, l’incompétence et le laxisme ambiant s’ajoute aux effets pervers d’une déstructuration sociale générant des pratiques et des mentalités indignes de toute forme de progrès et de respect des normes et des valeurs du vivre ensemble. Comme chaque année, des centaines d’individus se préparent à investir les lieux propices à l’installation de toutes sortes d’activités saisonnières, allant de la gargote à ciel ouvert au commerce illicite de boissons alcoolisées…

Par S.Benali