mardi , 21 novembre 2017
<span style='text-decoration: underline;'>ONA</span>:<br><span style='color:red;'>Production de 90.000 tonnes des boues utilisables en agriculture</span>
© Google

ONA:
Production de 90.000 tonnes des boues utilisables en agriculture

Plus de 90.000 tonnes de boues utilisables en agriculture ont été produits en 2016 dans le cadre du programme de l’Office national d’assainissement (ONA) pour la valorisation des boues générées par ses stations d’épuration (STEP), a indiqué à l’APS la chargée de communication de cet organisme.

Interrogée en marge de la 7ème édition du Salon international de la pêche et de l’aquaculture (SIPA) qui a pris fin dimanche à Oran, Mme Meriem Ouyahia a indiqué qu’il s’agit d’un programme visant à valoriser les boues produites au niveau des 63 STEP à boues activées relevant de l’Office.
Ces boues traitées, riches en matières organiques, sont utilisables comme fertilisants, a-t-elle expliqué ajoutant que la production de boue devrait augmenter de plus de 50 % à l’horizon 2020, pour atteindre une quantité estimée de 150.000 tonnes/an. La valorisation agricole des boues est le moyen le plus simple et le plus courant d’utiliser ces produits, a-t-elle souligné, ajoutant que dans le contexte actuel de protection de l’environnement, l’élimination des boues d’épuration constitue un des enjeux majeurs pour le pays. L’accroissement du nombre de STEP en Algérie génère une production de quantités non négligeables de boues d’épuration. L’objectif du programme de valorisation est de réduire le volume des boues produites, tout en les valorisant en les utilisant à des fins agricoles notamment. Les boues présentent un intérêt agronomique pour l’agriculteur dans la mesure où elles peuvent avoir des caractéristiques similaires à celles des engrais, d’autant plus qu’elles seront cédées gratuitement aux agriculteurs dans un premier temps, a-t-elle encore souligné, ajoutant que dans u second temps, après avoir évalué les coûts de transport notamment et la valeur du produit lui-même, il est prévu l’établissement de conventions pour la cession de ces boues. Un travail, initié par le ministère des ressources en eau, pour l’élaboration de la norme algérienne de la valorisation agricole des boues d’épuration – la norme NA 17 731 Valorisation des boues des stations d’épuration – a été publié par l’institut Algérien de normalisation (IANOR), a rappelé la même responsable. Cette norme a pour objet de fixer les dénominations et les spécifications physico-chimiques et biologiques des boues issues des ouvrages de traitement des eaux usées urbaines et les conditions de leurs utilisations. Elle fixe également les restrictions de leur usage en fonction de la concentration en éléments traces métalliques et des agents pathogènes. Une autre étude relative à la valorisation des boues pour leur utilisation dans le domaine agricole est en cours de finalisation, a fait savoir la même interlocutrice.