vendredi , 23 août 2019
<span style='text-decoration: underline;'>Centre-ville</span>:<br><span style='color:red;'>Quand les sources d’eau souterraines débordent</span>
© OT / Adda

Centre-ville:
Quand les sources d’eau souterraines débordent

Depuis quelques années, un phénomène d’eau de source d’Oran apparent au centre-ville a fait son apparition dans les caves des commerces où le débit de cette eau propre est régulier et la première apparition de ces irruptions de sources d’eau, ont commercé lors des fondations du grand immeuble de la place de Karguenta qui d’après des dires, ont obstrué l’écoulement naturel des eaux de l’Oued “Rouina’’ qui descend du Bd Maata vers la Place Kargentah, en passant par le Bd de la Soummam, Petit Vichy.

Ces sources d’eau sont nombreuses à Oran et certains propriétaires d’immeubles datant du temps colonial, ont maitrisé cette eau pour en profiter pour leurs besoins et ont toujours contrôlé le débit avec des pompes.
Mais depuis les fondations de la construction de l’immeuble en question, cette eau de l’Oued “Ruina’’ qui coule à plusieurs mètres des sous-sols, ont  bouché le Oued souterrain, et la première sortie de cette eau est au niveau de la banque de la BNA où les employés furent surpris par cette inondation imprévue au milieu du siège de la Banque. Et pendant plus d’un mois, cette eau a été détournée par le biais de tuyaux sur les regards d’évacuation.
L’eau est aussi signalé à la rue Khemisti à l’ancien dancing (Gymnase) où l’eau était utilisée mais la reconvertion de ce lieu en douches publique où l’eau a été utilisée mais le commerce change et devait servir à une superette. Les travaux ont commencé et les locataires des environs ont porté plainte, les travaux sont arrêtés et le propriétaire des lieux est absent, mais l’eau de source dont le surplus du débit est évacuée dans les regards à l’aide de pompes. Donc les pompes sont arrêtées et l’eau envahit la cave dans ce lieu ainsi que les caves des commerces voisins en faisant beaucoup de dégâts.
Heureusement que la SEOR est intervenue, on a constaté que l’eau de source a apparu au 26 rue Larbi Benmhidi. C’est l’opticien “Chares’’ qui depuis longtemps, a installé des tuyaux pour évacuer cette eau en dehors du magasin à même le trottoir. Ainsi, Oran regorge de sources d’eau douce non exploitées, tout en sachant que les infiltrations d’eau est un risque pour les fondations des immeubles qui sont faites à base de ferraillage.
Adda.B