dimanche , 26 janvier 2020

Qui s’occupera de la première plage d’Oran ?

Selon des sources «proches du dossier», la future plage urbaine des genêts qui sera sans doute inaugurée l’été prochain, serait au cœur de quelques polémiques et controverses au sujet de son mode de gestion et d’exploitation. Située sur le territoire de la Commune d’Oran, certains, à tor ou à raison, estiment que c’est à la Mairie d’Oran de prendre en charge cette plage permettant au passage de faire entrer quelques précieuses recettes dans les caisses de la Municipalité. D’autres avancent que la gestion de cette plage artificielle, fruit d’une louable initiative du Wali d’Oran, devrait être confiée à un établissement public de wilaya, tel l’Epic ERMESSO ou Oran-Vert. Il faut dire que la réalisation de cette plage artificielle a été rendue possible grâce à la vision urbaine et au pragmatisme du Wali en poste qui a bien cerné tous les nouveaux avantages à tirer du grand projet de liaison autoroutière entre le port d’Oran et l’autoroute Est/Ouest, notamment, son 1er tronçon Oran-Canastel. Longeant le littoral au pied des falaises des genêts, cette route traversera, espère-t-on, toute l’enceinte portuaire pour rallier la pêcherie, Sidi El Houari et la sortie vers le littoral Ouest. Un schéma urbain des plus décisifs pour la capitale de l’Ouest qui retrouvera ainsi ses liens avec son port et présentera une cohérence en matière de mobilité entre ses différentes zones. La plage artificielle en cours d’aménagement, permettra au passage d’éradique le vieux «point noir» constitué par cette zone rocheuse prisée par des pécheurs et des baigneurs bravant les risques et l’interdit. Les « Genêts » deviendront donc une belle station balnéaire avec prés de 600 m de plage de sable fin. Certains parlent, à juste titre, d’événement historique pour la ville d’Oran qui peut enfin offrir à ses résidents un espace de détente en bord de mer, visible et rapidement accessible pour les habitants. Avec sa zone de baignade, ses solariums, ses espaces dédiées à la pêche à la ligne et ses diverses structures abritant un poste de surveillants maîtres-nageurs, un poste de protection civile, des vestiaires-douche, un poste de police,…, la nouvelle plage disposera, en principe, de tous les atouts lui permettant de répondre aux attentes des oranais. Pourvu que cet optimisme partagé ne s’effrite pas au fil du temps, au rythme des «mauvaises surprises» qui accompagnent souvent des initiatives et des projets attendus par les oranais durant des années… Et au premier rang des questionnements et des incertitudes, figurent évidement la qualité et l’efficacité dans la prise en charge, le fonctionnement, l’entretien, la maintenance et la préservation de l’environnement dans ce futur espace de vacances ouvrant la ville sur son bord de mer…

S.Benali