vendredi , 15 décembre 2017
<span style='text-decoration: underline;'>Totalement abandonné avec la mode des salles de fêtes</span>:<br><span style='color:red;'>Retour aux célébrations des fêtes de mariage dans les «Guitoune»</span>
© Illustration

Totalement abandonné avec la mode des salles de fêtes:
Retour aux célébrations des fêtes de mariage dans les «Guitoune»

Utilisées aujourd’hui le plus souvent pour la célébration des fêtes de mariage, les salles des fêtes sont très demandées et très recherchées en cette période. 

Il est vrai que beaucoup de familles trouvent leur compte qui, de crainte de voir leurs ameublements se dégrader en l’espace d’une nuit, préfèrent débourser pour louer une salle et organiser le mariage de leur progéniture. Toutefois, cette année, un autre phénomène est de retour. Il s’agit de la célébration des mariages dans des tentes (Guitoune). La célébration des fêtes de mariage dans les tentes a fait réapparition ce mois au niveau de Hai Essabah. La semaine dernière au moins quatre mariages ont été célébrés dans des tentes à Hai Essabah et Hai El Yasmine. «Avec la période des grandes chaleurs, comme c’est le cas ces derniers jours, on utilise même la rue, en la fermant de part et d’autre à l’aide de voitures, comme réfectoire et les nombreux invités prennent leurs repas à l’air libre.
D’autres familles habitant les immeubles collectifs, ont recours à l’utilisation d’une bâche ou d’une tente camping sans toutefois atteindre le faste d’une salle, dira un riverain. Cependant, ces célébrations créent souvent le courroux du voisinage. Pour la simple raison que ces derniers passent une nuit blanche. Ils craignent que les bruits des décibels produits par les instruments de musique ou les baffles géantes utilisées, les assourdissent et les obligent à passer des nuits blanches. «Plus ça tape et mieux c’est, je pense aussi que l’ambiance «tapage nocturne» est liée à la tradition typiquement algérienne à savoir défier toute concurrence à qui fait le mieux «du tape à l’œil».
Les riverains s’approprient les lieux publics en plus de leur demeure pour célébrer leur mariage ou autres, sans ce soucier de rien et la plupart du temps le voisinage est convié», ajoute notre interlocuteur. En effet, coïncidant avec les congés annuels, l’été est la période propice pour la célébration des mariages. Dès que pointe l’été, c’est aussi la course effrénée vers les réservations. Louées pour les fiançailles, mariages, circoncisions, voire à l’occasion de la réussite aux examens, les salles de fêtes se sont installées dans le quotidien des Algériens. Mais, durant cette période, trouver une salle libre entre dans l’impossible. C’est peut-être la raison qui a poussé certaines familles à célébrer leur mariage dans les «Guitoun».

M.Sid Ali